Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Bonne nouvelle : Une première greffe de coeur animal sur un être humain réussite

Publié par Charlène Deveaux le 12 Jan 2022 à 8:20
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une avancée majeure dans l’histoire de la chirurgie et une première mondiale : des chirurgiens américains ont réussi à greffer un cœur issu d’un porc génétiquement modifié, sur un patient humain.

>>> À lire aussi : Tristan, 21 ans, son opération au cerveau reportée pour la 3ème fois à cause du Covid… (vidéo)

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Une première fois dans l’histoire de la chirurgie

Vendredi 7 janvier 2022 marque une date importante dans l’histoire de la science et de la médecine : la greffe d’un coeur issu d’un porc génétiquement modifié sur un humain. L’école de médecine de l’université du Maryland a indiqué que le patient, David Bennett, âgé de 57 ans, se porte bien.

« C’était soit mourir, soit cette greffe. Je veux vivre » , avait exprimé l’homme dans un communiqué de la faculté de médecine, un jour avant son opération. David Bennett avait, en effet, été initialement jugé inéligible à une transplantation cardiaque traditionnelle dans plusieurs centres. Comme un souhait exaucé ou un miracle, la FDA (Food and Drug Administration) a finalement accordé une autorisation d’urgence, la veille du Nouvel an, alors que la procédure était expérimentale.

homme chirurgie

Une greffe qui sauverait des milliers de vie dans le futur

Il parait difficile de ne pas comprendre à quel point cette nouvelle est révolutionnaire et pleine de promesse pour l’avenir de la science, et les milliers de personnes qui pourraient profiter de cette avancée. Surtout quand on sait que presque 110.000 Américains sont actuellement sur liste d’attente pour une greffe d’organe, et que plus de 6.000 personnes meurent chaque année, en attendant une greffe.

Cette greffe est le symbole d’une première fois, et surtout d’une preuve que le cœur d’un animal peut continuer à fonctionner sans rejet immédiat lorsqu’il est transplanté à un humain. Une véritable réjouissance pour l’institution. En ce qui concerne l’animal, le porc dont provient le coeur a été génétiquement modifié pour ne plus produire un type de sucre présent normalement sur toutes les cellules des porcs et provoquant un rejet immédiat de l’organe. Le coeur de l’animal avait été, quant à lui, transplanté et conservé dans une machine avant l’opération.

>>> À lire aussi : Leur bébé naît sans oreilles : l’opération coûte 200 000 euros

0