Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Variole du singe : l’OMS tire la sonnette d’alarme et c’est inquiétant !

Publié par Mia le 15 Juin 2022 à 17:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait déjà émis ses inquiétudes à propos de la variole du singe. Avec l’explosion des cas en Europe, la maladie n’est pas loin de devenir une épidémie internationale. Ainsi, l’organisme de santé hésite maintenant à déclarer une « urgence de santé publique internationale » dès à présent.

OMS variole du singe urgence santé

Variole du singe : L’OMS très inquiète, elle convoque 40 pays à une réunion

La variole du singe provoque aujourd’hui une situation très préoccupante pour l’OMS. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, cette maladie se propage tellement vite qu’on ne devrait pas attendre avant de la contenir. Même si lancer une campagne de vaccination massive serait une initiative trop avancée, l’OMS préconise de lancer une « urgence de santé publique » à l’échelle internationale. Face à sa contagion massive en progression et à la préoccupation de tous, l’organisation donnera une réunion dans les jours à venir afin d’en décider.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

40 pays devraient être présents lors de ce rassemblement politico-sanitaire. « La situation nécessite une réponse coordonnée » , a indiqué l’OMS, dans un communiqué. D’après les dernières informations, la fameuse convocation d’urgence aura lieu la semaine prochaine, le 23 juin 2022.

Nombre de cas qui augmentent, la vaccination massive demeure en réflexion

Actuellement, la variole du singe toucherait tout le monde, dont les animaux. Néanmoins, elle est plus facilement transmissible durant un rapport sexuel. Par ailleurs, les derniers chiffres montrent que les hommes sont plus susceptibles de l’attraper et d’avoir des complications. En France, c’est 124 cas confirmés. Et en Europe, la variole du singe touche 1600 cas confirmés dans 39 pays, selon l’OMS.

« La priorité reste néanmoins d’aider les pays à contenir la transmission et à stopper l’épidémie par des moyens éprouvés comme la surveillance, la recherche des contacts et l’isolement des patients infectés » , a ainsi déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus (directeur général de l’OMS).

Pour ce qui est des mesures qui peuvent être prises durant cette réunion, sachez que la vaccination est toujours en suspens. En effet, elle est recommandée, mais non obligatoire massivement. Pour cause, à ce jour, l’Europe ne disposerait pas assez de doses de vaccin.

0