Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Un chirurgien va greffer un utérus à une femme trans pour qu’elle puisse tomber enceinte

Publié par Felix Mouraille le 15 Mai 2022 à 16:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est une première mondiale, un chirurgien indien va essayer de greffer un utérus à une femme née homme. Le Dr Narendra Kaushik dirige une clinique de changement de sexe à New Delhi. Il veut aider sa patiente à tomber enceinte.

La procédure implique de prélever les organes reproducteurs d’un donneur décédé ou d’un patient qui a fait la transition dans l’autre sens. Il n’y a eu qu’un seul cas documenté d’insertion d’un utérus dans une femme trans. Malheureusement, elle est décédée suite à des complications quelques mois plus tard.

Les scientifiques pensent que ça reste théoriquement possible, qu’une femme trans tombe enceinte. Mais elle doit être pénétrée par fécondation in vitro (FIV). C’est-à-dire lorsque les ovules sont fécondés à l’extérieur du corps puis insérés.

De plus, il faudrait un utérus sain pour que l’enfant grandisse. Les opérations de transplantation sont loin d’être « prêtes » pour ce genre de demande.

Un autre problème auquel les médecins sont confrontés, il est tout simplement physiologique. Le bassin masculin ne permet pas à un bébé de le traverser car il est souvent trop étroit. La césarienne est presque obligatoire pour qu’un homme puisse accoucher.

Se faire greffer un utérus coûte environ 58 000 €

New Delhi devient la ville rivale de Bangkok au niveau des opérations pour des changements de sexe. Les greffes d’utérus coûtent environ 50 000 £ (à peu près 58 000 €) et un seul cycle de traitement FAV peut chiffrer jusqu’à 5 000 £.

Le Dr Narendra Kaushik a déclaré qu’environ 1/5 de ses clients venaient de l’étranger. La plupart en provenance du Royaume-Uni. Alors que la procédure est gratuite là-bas (mais soumise à de longs temps d’attente).

Le Dr Narendra Kaushik est « très, très optimiste »

Le Dr Narendra Kaushik a déclaré être « très, très optimiste » quant à la possibilité de réussir la procédure. Il rajoute dans The Mirror, que « chaque femme transgenre veut être aussi féminine que possible, et cela inclut d’être mère » . Pour ce chirurgien, c’est l’avenir !

L’opération n’a pas encore de date précise mais c’est pour bientôt. Le docteur n’a pas non plus révélé la destinataire. En attendant, en motif d’espoir, une femme avec un utérus greffé, a réussi à accoucher, en France.

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0