Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Adidas fait scandale avec son maillot bain pour femme porté par un mannequin à l’apparence masculine

Publié par Léa Lecuyer le 23 Mai 2023 à 6:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après avoir mis en ligne sa nouvelle collection intitulée Pride 2023, Adidas récolte les foudres de certains internautes aux opinions conservatrices. La raison ? Une photo montrant un mannequin aux caractéristiques physiques masculines posant dans un maillot de bain destiné aux femmes.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Adidas lance des tapis de prière d’extérieur pour les randonneurs

Adidas et sa collection Pride 2023

Sur le site de la marque dédiée à l’équipement sportif, une nouvelle collection a vu le jour à l’occasion du mois des fiertés de l’année 2023, se déroulant à partir du 1er juin. Nommé « maillot de bain de la fierté », ce vêtement conçu pour la natation n’a pourtant pas fait l’unanimité. Vendu au prix de 70$, il est effectivement porté par une personne dont les traits physiques se rapprochent d’une apparence masculine.

La suite après cette vidéo
La suite après cette publicité

Et si l’on retrouve l’habit dans la section des femmes, les poils apparents sur le torse du mannequin et la bosse visible de son entrejambe ont suscité l’indignation de certains sur les réseaux sociaux.

Bien qu’Adidas ait fait confiance au designer Rich Mnisi pour célébrer « l’expression de soi, de l’imagination et de la foi inébranlable en l’amour » grâce à sa collection, bon nombre de mécontents ont qualifié la stratégie marketing de l’entreprise de « woke ». Un terme aujourd’hui utilisé pour nuire aux idées progressistes et qui à l’origine exprime l’idée d’être « éveillé » sur les questions d’injustices sociales et raciales.

Incluant également des T-shirts pour les amateurs et amatrices de football sur lesquels il est possible de lire notamment « L’amour gagne », reste à savoir si la marque fait du « pinkwashing » afin de bénéficier du mouvement de la communauté LGBT+ pour en tirer des profits à l’approche du mois des fiertés.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Habillé en robe, l’influenceur non-binaire Haron Zaanan se fait virer d’un restaurant de Bruxelles (vidéo)

Adidas fait scandale avec son maillot bain pour femme porté par un mannequin à l'apparence masculine
Photos Adidas

Un appel à boycotter la marque

La suite après cette publicité

Suite au dévoilement de ce projet, la droite conservatrice a accusé Adidas de vouloir supprimer l’image des femmes, tout comme l’ex-nageuse et militante controversée pour le droit des femmes, Riley Gaines.

Notamment connue pour lutter contre l’intégration des femmes transgenres dans le sport féminin, elle a déclaré sur Twitter : « Je ne comprends pas pourquoi les entreprises font ça. Ils auraient pu dire que le maillot est unisexe, mais ils ne l’ont pas fait pour effacer les femmes. Les maillots pour femmes ne sont pas conçus avec un renflement au niveau de l’entrejambe« .

« J’ai des seins et des hanches. Je n’ai pas besoin d’une poche au niveau de mon entrejambe. J’imagine que les maillots de bain ne sont plus pour moi ni pour la majorité des femmes. Pourquoi les compagnies visent-elles 1 % de la population ? Les femmes en représentent 50 % !« , a partagé une autre utilisatrice du réseau social.

Des réflexions qui ont ainsi conduit au hashtag #BoycottAdidas. Pour autant, si la marque est également visée pour vendre des robes, ou encore des shorts destinés au public féminin, mais portés par des mannequins masculins, la polémique renseigne sur les tensions actuelles de la société. Finalement, jusqu’où est-il possible de pousser la démarche de l’inclusivité ?

La suite après cette publicité

À lire aussi : Quelle est la différence entre transgenre et non-binaire ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.