Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Crises d’angoisses : pourquoi se déclenchent-elles ?

Publié par Charlène Deveaux le 26 Fév 2022 à 8:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La crise d’angoisse est un épisode particulièrement intense qui survient lorsque la personne se sent dans un état anxiogène et stressant. Ainsi, elle se manifeste sous la forme de symptômes physiologiques très violents, tels que de forts essoufflements, des tremblements et la sensation que son rythme cardiaque s’accélère. Ces crises peuvent être elles-mêmes sujettes à des angoisses, tant elles sont éprouvantes et imprévisibles pour l’individu qui les subit.

Publicité

>>> À lire aussi : La « liste d’ingratitude » : Cette méthode qui peut vous aider à résoudre tous vos problèmes

crise d'angoisse

Qu’est ce que la crise d’angoisse ?

Crise d’angoisse ou attaque de panique : deux termes qui renvoient à cet épisode de peur intense, soudaine, incontrôlable et imprévisible qui peut survenir chez n’importe qui, et qui peut se montrer particulièrement difficile et éprouvante à vivre pour la personne concernée. La crise d’angoisse peut se manifester pour diverses raisons, toutes prenant leur source dans l’anxiété. Peur de la mort, de la foule, stress face à un examen… Les motifs sont variables. Et nous ne sommes pas tous égaux face à elle, notamment par rapport au nombre d’épisodes qui peuvent intervenir. En effet, si certaines personnes peuvent en avoir régulièrement, d’autres n’en auront qu’une seule fois dans leur vie, ou pas du tout.

Publicité

Les attaques de panique toucheraient en moyenne entre 1,5 à 3 % de la population mondiale, et se manifesteraient particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes. De plus, on remarque que les femmes sont nettement plus sujettes aux crises d’angoisse que les hommes, car elles ont trois fois plus de risques d’en faire.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Si ces crises deviennent récurrentes (c’est-à-dire à partir de deux ou trois fois par mois), elles peuvent faire l’objet de cas psychologiques plus graves : « Lorsque la crise d’angoisse se chronicise, avec des crises hebdomadaires qui viennent handicaper le quotidien, on n’est plus dans la simple crise d’angoisse, mais dans le trouble anxieux généralisé » , affirme Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne à Paris.

Symptômes de l’attaque de panique

Publicité

« La crise d’angoisse est souvent associée à une sensation de mort imminente et à une perte de contrôle de soi » , continue la psychologue. De manière générale, ses symptômes sont reconnaissables et s’identifient facilement. Ils se divisent en deux catégories, les symptômes physiques et les symptômes psychiques. On retrouve parmi eux :

  • Des tremblements
  • Une accélération du rythme cardiaque
  • La sensation d’étouffement
  • Des nausées, vertiges et maux de têtes
  • Bouffées de chaleur
  • Peur intense sans vraiment de raisons qui la justifient
  • Sensation de perdre le contrôle
  • Avoir l’impression de devenir fou
  • Dépersonnalisation
  • Déréalisation

Comment faire face à une crise d’angoisse ?

Publicité

Une attaque de panique met généralement dix minutes à s’installer. Une fois qu’elle est totalement déclenchée, le premier réflexe à adopter est d’accepter la situation, et de ne surtout pas essayer de lutter contre elle, car cela pourrait l’aggraver.

Un deuxième point crucial est de s’isoler le plus possible de la foule et du bruit, et de trouver un endroit qui se veut calme et rassurant pour la personne qui subit la crise. C’est dans le cadre d’une atmosphère saine que l’attaque aura le plus de chances de se calmer.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

À partir de là, des exercices de respirations et des postures physiques spécifiques sont à adopter afin de faire baisser crescendo les symptômes de la crise d’angoisse jusqu’à ce qu’elle s’arrête définitivement. Par exemple, prendre de grandes inspirations et les faire relâcher tout doucement, fermer les yeux et se projeter des images réconfortantes, ou simplement s’allonger et attendre que ça passe.

Publicité

Dans le cas où ces crises se répèteraient fréquemment, il est important d’en parler à un spécialiste qui, grâce à un accompagnement psychologique, sera le plus apte à vous aider et à anticiper ces attaques.

>>> À lire aussi : Qu’est-ce que la dysmorphophobie ? Ce trouble qui peut vous pourrir la vie

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.