Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

La Poste obligée de réduire la distribution dans plusieurs villes

Publié par Justine le 01 Juil 2020 à 10:07
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La distribution du courrier est dans le viseur de la Justice ! Le tribunal de Nanterre a ordonné à La Poste de réduire la distribution du courrier dans les Hauts-de-Seine. La justice cherche à évaluer la charge de travail de certains postiers pendant le confinement.

La suite après cette publicité
La Poste en Justice

>>> À lire aussi : La Poste : un très grand changement annoncé… c’est la fin d’un produit phare !

La Poste menée en Justice

La suite après cette vidéo

C’est une décision qui ne plaît pas à La Poste. La justice les empêche de distribuer convenablement le courrier dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine. Le tribunal de Nanterre a décidé d’évaluer la charge de travail des postiers durant le confinement. Le syndicat SUD-PTT pointe le problème du doigt : « Ce qui est avéré c’est que 20% des effectifs sont manquants ! Obliger les facteurs à faire tout le travail mais avec 20% d’effectifs en moins, c’est ça qui n’est pas normal ».

La suite après cette publicité

Pour mener à bien cette évaluation, l’entreprise doit faire appel à des experts et avancer la somme de 253 000 euros à titre provisionnel, sans compter les frais de justice qui viennent s’ajouter à la facture ! Les conditions de travail des postiers et les effectifs réduits sont dans le viseur.

>>> À lire aussi : Pôle Emploi : ce courrier automatique sauve de nombreux chômeurs en fin de droits

La Poste rétorque

La suite après cette publicité

Pour l’entreprise, il n’y a aucun problème puisque « Moins de 3% des établissements courrier de La Poste ont contesté ce retour au travail à temps complet ». C’est pourquoi La Poste décide de « faire appel » de cette décision et regrette que la justice intervienne au moment où la distribution du courrier revient « progressivement à la normale suite à la crise sanitaire du Covid ».

En attendant, le syndicat SUD-PTT 92 ordonne dès cette semaine « le retour à l’organisation du 20 avril, soit quatre jours par semaine et 28 heures hebdomadaires de travail, sous peine d’une astreinte de 100.000 euros par jour » selon l’ordonnance du jugement rendu samedi.

>>> À lire aussi : « La Poste maltraite les populations des villes populaires » : très remonté, ce maire s’adresse au patron de La Poste !

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.