Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Ces produits qui vous font risquer 135 euros si vous sortez les acheter

Publié par Romane TARDY le 21 Avr 2020 à 19:33

Vous voulez faire de la peinture dans le week-end et donc vous voulez vous déplacer pour vous en procurer. Est-ce autorisé ou risquez-vous une amende ? Il est parfois compliqué de savoir ce que l’on a vraiment le droit ou pas d’acheter pendant le confinement et ce qui est considéré comme besoin de première nécessité.

A lire aussi : Confinement : les supermarchés ont-ils vraiment gelé les prix sur certains produits ?

Certains magasins sont restés ouverts et ils ne proposent pas que de la nourriture ou des produits du quotidien. Pourtant, certains achats dans ces enseignes ont été verbalisés. A Chartres, une femme a écopé de 135 euros pour être sorti acheté une coloration pour ses cheveux. Une seconde a été réprimandée pour avoir acheté seulement des sodas. Alors que certains magasins de bricolage sont restés ouverts, certaines personnes prennent une amende pour se procurer de la peinture. Les règles d’achat ne sont donc pas claires du tout.

Qu’avez vous le droit d’acheter sans risque de verbalisation ?

Le souci est qu’il n’y aurait pas de liste officielle des produits jugés de première nécessité et pour l’achat desquels on peut sortir avec l’attestation.  « On n’a pas de liste de produits autorisés ou interdits. C’est vraiment au cas par cas en fonction de la situation » », a prévenu la gendarmerie d’Eure-et-Loir au micro de France 3. Les produits dont l’achat ne pose aucun problème sont bien sûr la nourriture, les médicaments ou des produits d’hygiène indispensables.

Cependant, dans les supermarchés on ne trouve pas que de l’alimentation et même certains magasins non alimentaires sont encore ouverts comme pour le bricolage ou la réparation informatique. « Les centres commerciaux ouverts peuvent proposer des produits de jardinage, de bricolage« , reconnaît la gendarmerie. La nécessité de l’achat est évalué au cas par cas. En effet, si je suis en télétravail et que mon ordinateur ne marche plus c’est une nécessité de le changer.

Même s’il s’agit d’un drive, cela n’est pas suffisant pour justifier le déplacement. Si quelqu’un se rend au drive d’un magasin de bricolage, il risque d’être verbalisé selon son produit. « Dans le contexte actuel, si quelqu’un se fait contrôler uniquement avec du parquet flottant ou de la peinture, il risque de se faire verbaliser car on va estimer qu’il est en dehors des clous sur les conditions dérogatoires de déplacement » , poursuit le gendarme.

Pour les fleurs qu’on peut aussi trouver en supermarché, seules les semences à visée alimentaire sont autorisées. Les déplacements pour des fleurs ornementales soumettent au risque d’amende.

Petites astuces

Les contrôles sont donc très compliqués à gérer : on demande aux gendarmes d’être fermes mais aussi de ne pas verbaliser à outrance en faisant preuve de discernement. En effet, des femmes se sont plaintes d’être verbalisées pour avoir acheté des serviettes hygiéniques pourtant essentielles. Les gendarmes appellent donc au civisme et à la responsabilité de chacun en sortant un minimum même pour les courses. L’objectif étant de ne pas se déplacer trois fois dans la journée pour acheter des denrées.

La petite astuce la moins risquée est de coupler ses achats : acheter des produits de première nécessité et des produits non vitaux en même temps. Vous ne risquez rien sauf en cas de déséquilibre flagrant. De même, en cas de problèmes majeurs, n’hésitez pas à prendre des photos pour justifier votre déplacement. Par exemple photographier votre robinet cassé pour prouver que vous devez en changer et pas que vous avez juste envie de refaire la déco de votre salle de bain !

Source : France 3 

A lire aussi : Coronavirus : cinq produits qu’on a encore beaucoup de mal à trouver dans les supermarchés

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.