Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sport

La première victoire d’une nageuse transgenre fait scandale

Publié par Charlène Deveaux le 18 Mar 2022 à 17:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La nageuse transgenre vient de remporter la finale universitaire du 500 yards nage libre féminin à Atlanta, ce jeudi 17 mars.

>>> À lire aussi : Un célèbre sportif amputé d’une jambe

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Première championne de natation transgenre

Nouveau scandale aux Etats-Unis suite à la victoire d’une nageuse. La raison ? Lia Thomas, une athlète de 23 ans, étudiante à l’université de Pennsylvanie, est une femme transgenre. Et sa victoire ce jeudi 16 mars à la finale universitaire du 500 yards nage libre féminin n’a pas été particulièrement bien reçue par l’opinion publique américaine.

La compétition s’est déroulée au championnat universitaire américain de natation et de plongeon à Atlanta où la jeune femme représentait donc la Pennsylvanie. Après avoir franchi la ligne d’arrivée avec 4 min 33 sec 24 au chrono, Lia Thomas a battu à plate couture ses concurrentes, avec plus d’une seconde et demie d’avance sur Emma Weyant, deuxième en 4 min 34 sec 99. Un triomphe qui a donc été très vite été critiqué par les Américains, à commencer par l’une de ses coéquipières qui a dénoncé un « avantage cardiopulmonaire injuste » .

nageuse

Opinion américaine divisée

Une fois sortie du bassin, les réactions se faisaient déjà entendre : des personnes défilaient notamment devant la piscine afin de protester contre la victoire de la nageuse. Interviewée juste après à propos de son avis sur le scandale, Lia Thomas a dignement répondu : « J’essaie de me concentrer sur ma natation, ce que je dois faire pour me préparer pour mes courses et j’essaie de bloquer tout le reste. Ça représente tout pour moi d’être ici, d’être avec deux de mes meilleurs amis et coéquipiers et de pouvoir concourir » .

L’athlète avait, auparavant, concouru en tant qu’homme à Penn State avant de commencer les procédures de son changement de sexe à partir de l’année 2019. Un sujet épineux pour bon nombre d’Américains qui estiment qu’elle bénéficie d’un avantage physiologique injuste, tandis que d’autres pensent qu’elle devrait être autorisée à concourir librement en tant que femme, explique Le Parisien. En attendant, ces polémiques n’empêcheront pas à la jeune sportive de profiter de son titre de championne et de continuer les compétitions en tant que femme transgenre. Too bad.

>>>  À lire aussi : Disparition d’un célèbre sportif de 22 ans pendant son entraînement

0