Acte 19 : les Sentinelles s’interrogent sur leur présence lors de la manifestation

 

 

Décidément, l’acte 19 des Gilets jaunes est sujet à de nombreuses interrogations. Les décisions du gouvernement ne sont pas toujours comprises, l’opposition s’indigne et les gilets jaunes veulent répliquer. Mais une annonce inquiète tout le monde : la présence des militaires de l’opération Sentinelle dans les rues de la capitale, en marge des manifestations prévues ce samedi.

 

>>> À lire aussi : Gilets jaunes : L’acte 19 annoncerait la « fin du pacifisme, la guerre est déclarée » !

 

Emmanuel Macron fait appel aux Sentinelles

Après les violences et dégradations de l’acte 18, Emmanuel Macron a voulu prendre des mesures exceptionnelles pour ne pas voir les mêmes scènes se reproduire. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a notamment annoncé que « la mission antiterroriste militaire Sentinelle » sera mobilisée, afin de protéger les bâtiments officiels et autres points fixes. Une décision prise par le président lors du Conseil des ministres, dans le but de protéger les monuments et bâtiments des éventuels casseurs. Sur les réseaux sociaux, cette décision a été vivement critiquée. Des détracteurs accusent le gouvernement de prendre les manifestants pour une sérieuse menace. Les politiques ont également réagi, à l’image de Jean-Luc Mélenchon qui juge la décision du président « irresponsable » . Le leader de la France Insoumise soutient que l’armée « ne peut et ne doit assurer aucune tâche de police ».

 

>> À lire aussi : Gilets jaunes : Edouard Philippe annonce de possibles interdictions de manifestations dans les quartiers les plus touchés

 

Sous anonymat, les Sentinelles réagissent

Mais l’opposition n’est pas la seule à s’indigner face à cette décision. Les soldats de l’opération Sentinelle redoutent cette mobilisation lors de la manifestation des gilets jaunes. « Les mecs de Sentinelle, ce sont tous des militaires, on ne sait pas faire du maintien de l’ordre » expliquait un militaire ce vendredi sur FranceInfo, qui s’interroge sur le comportement à avoir si des manifestants les attaquent. « Si on se fait caillasser, soit on rentre dans le bâtiment pour se mettre à l’abri, soit on ne peut pas se mettre à l’abri pour X raison. La seule réponse qu’on pourra avoir à ce moment-là, c’est peut-être un coup de gazeuse au début ou un coup de matraque télescopique, mais après s’il y a trop de monde, oui, malheureusement il risque d’y avoir des morts. » explique un autre soldat. La décision du président semble donc ne pas faire l’unanimité chez les soldats, qui spécifient que la population n’est pas une ennemie : »Nous, en termes techniques, on lutte contre un ennemi. Et l’ennemi ne peut pas être la population, ce n’est pas possible ».

 

Les militaires ne devraient pas être en contact avec les manifestants

En somme, les militaires ne sont pas désengagés de leur mission lors des manifestations les samedis précédents, leur présence est juste renforcée. Ces derniers doivent protéger les bâtiments d’éventuelles attaques terroristes et de casseurs lors de la mobilisation des gilets jaunes. Ce vendredi 22, la ministre des Armées Florence Parly s’est voulu rassurante, afin de dissiper les doutes qui planent depuis cette annonce : « Les militaires ne feront pas face aux manifestants » explique-t-elle au Parisien. Sur FrancInfo, le gouverneur militaire de Paris Bruno Leray a également expliqué que « les militaires seront déployés sur des sites et ne seront en aucune manière engagés dans des opérations de maintien de l’ordre. Ils continueront la lutte antiterroriste […] Ce qui est exceptionnel, c’est le niveau de mobilisation pour permettre aux policiers de se réorienter vers les missions que nous ne savons pas faire et que nous ne ferons pas » .

 

Ça peut vous intéresser :

-> Gilets jaunes : Emmanuel Macron promet « des réponses fortes » après les violences de l’acte 18

-> Gilets jaunes : un banque incendiée pendant l’acte 18… une femme et son bébé sauvés de justesse ! (11 blessés)

->Emmanuel Macron reconnaît avoir commis « des erreurs » au sujet des Gilets jaunes

En savoir plus sur : -

Publié par Jessy le 22 Mar 2019
 
0