Une fillette albinos de 5 ans a été enlevée puis décapitée lors de rituels censés apporter richesse

Un meurtre barbare a eu lieu au Mali. Une fillette albinos a été capturée puis décapitée lors d’un rituel. Ce crime atroce rouvre le débat sur les conditions de vie des albinos en Afrique, où les personnes souffrant de dépigmentation sont stigmatisées, voire brutalisées ou tuées.

Sa fille se fait enlever pendant la nuit

Djéneba Diarra, surnommée Fana, n’avait que 5 ans. Le weekend dernier, elle a été décapitée au Mali, lors d’un crime rituel. Ce sont les autorités et les associations qui ont fait part de la mort de l’enfant à la presse, alors que les tensions commencent déjà à se faire ressentir dans le pays, à l’approche de l’élection présidentielle fin juillet. À 2 heures du matin, Fana dormait dans une cour avec sa mère et sa sœur, toutes trois albinos, quand des hommes l’ont kidnappée. La mère et ses deux filles vivent dans la misère à 125 km au nord de Bamako. «Des hommes armés l’ont enlevée et ont escaladé le mur avec elle», se souvient la mère. Réveillée par le bruit de l’enlèvement, elle a tenté de les rattraper et de sauver sa fille, mais elle a préféré faire demi-tour pour protéger son deuxième enfant restée toute seule dans la cour.

 

La petite fille a été retrouvée décapitée

La fillette reste introuvable pendant quelques heures. Finalement, Oumar Diakité, un enseignant, tombe sur le corps de la petite fille, à côté de la mosquée. Le corps n’avait plus de tête. À la suite de cette macabre découverte, les habitants du quartier s’en sont pris au commissariat de police et l’ont en partie incendié pour dénoncer le manque de sécurité. «Nous réclamons justice. Sa tête a été emportée. C’est un crime rituel», a dénoncé l’un des militants. « À chaque fois, qu’il y a des élections, nous devenons du gibier pour des gens qui veulent faire des sacrifices rituels. Ce n’est pas la première fois que ça arrive à Fana. L’État doit prendre ses responsabilités », s’exclame Mamadou Sissoko, le secrétaire de l’association FAPAO, qui milite pour les droits et la sécurité des albinos.

 

Les albinos sont persécutés ou torturés lors de crimes rituels

Chaque année, ce sont des dizaines d’albinos qui sont tués, torturés, amputés lors de rituels qui ont pour vocation d’apporter richesse et chance. Les albinos sont soit rejetés et persécutés par leur communauté soit les proies de croyants qui les enlèvent et les sacrifient. En plus, les albinos vivent dans des conditions difficiles sous le soleil africain. Les crèmes solaires sont chères, pourtant leur dépigmentation les rend très sensibles à la lumière.

crime rituel petite fille albinos décapitée

Source : 20 Minutes – Crédits : Barcroft Media, Franck Vogel, Ana Palacios, AFP/Getty Images

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Nicolas F le 20 Mai 2018
0