Un selfie lui fait éviter 99 ans de prison pour une mutilation sur la poitrine de son ex !

Christopher Precopia vient enfin de sortir de l’enfer qu’il a vécu ces neuf derniers mois. Il était accusé par la police d’avoir mutilé son ex-petite amie en lui gravant un X au cutter sur la poitrine. Cette attaque se serait produit la nuit, alors qu’il serait entré par effraction chez elle. Le procureur avait déjà demandé une peine d’emprisonnement de 99 ans pour ce jeune homme de 21 ans. Heureusement, comme vous pouvez le voir dans la vidéo, il a été sauvé par une preuve implacable. Il apparait sur un selfie qui a été pris à une centaine de kilomètres de là, pile au moment où la victime prétendait s’être fait attaquer.

Son ex aurait été mutilée par un X marqué au cutter

Christopher Precopia a vu débarquer la police au domicile de ses parents, à Temple, au Texas, le 21 septembre 2017. Directement mis en garde à vue, sans même savoir de quoi il était accusé, Christopher ne comprend rien. « Je n’avais aucune idée de ce qui se passait, j’étais perdu », raconte-t-il avec beaucoup d’émotion à la chaine américaine KVUE. Tout est allé très vite. Il est accusé d’être entré par effraction chez quelqu’un avec l’intention de commettre un crime. Ce quelqu’un est… son ex-petite amie avec qui il a eu une relation, il y a déjà quelques années, à l’époque du lycée. L’ex s’est présentée à la police, expliquant qu’il serait entré chez elle et lui aurait taillé un X sur la poitrine en utilisant un cutter. Elle présente des égratignures au visage et tout dans sa maison a été retourné.

 

Malgré sa version des faits, il risque 99 ans de prison

Le procureur demande une peine d’emprisonnement de 99 ans ! Pour ne pas qu’il passe du temps en préventive, ses parents arrivent à réunir 150 000 dollars pour le libérer sous caution. Malgré sa défense et sa version des faits, la police le suspecte toujours, surtout parce qu’il n’aurait pas répondu à un appel de la police ce jour-là, le rendant encore plus suspect à leurs yeux. Heureusement, sa mère se souvient qu’elle a fait un selfie de groupe cette nuit-là et a posté le cliché sur Facebook. Comme il l’avait expliqué lors de son audition, il avait un alibi, car la nuit du crime présumé, il était dans un hôtel avec ses parents, à 105 kilomètres de là. Grâce au selfie de sa mère, ils tenaient un moyen de le disculper.

 

Le selfie a enfin pu être utilisé pour le disculper

Malgré cette preuve, il a fallu dépenser beaucoup d’argent en frais d’avocat et multiplier les procédures pour que la photo puisse être utilisée comme preuve. Par chance, grâce aux métadonnées des photos, il est possible de connaître les coordonnées géographiques associées aux clichés, ainsi que la date et l’heure. Pourtant, il est resté accusé de ce crime pendant 9 mois. C’est le temps qu’il a fallu pour que la preuve soit recevable et puisse servir à le disculper. On ne sait pas ce qu’il adviendra de son ex, dont le nom n’a jamais fuité dans la presse. La menteuse sera-t-elle punie ? Il semblerait qu’aucune plainte n’ait été portée à son encontre. « Je suis prêt à vivre ma vie, comme je la voulais, sans avoir aucun ennui qui puisse me blesser », conclut Christopher, qui souhaite simplement que tout ça soit du passé.

alibi selfie ex cutter

Crédits : KVUE

Publié par Nicolas F le 25 Nov 2018
0