Je suis désorganisée : un court-métrage surprenant sur le partage et la sexualité

« Je suis désorganisée » est un court-métrage réalisé pour le Nikon Festival réunissant tendresse, partage et sexualité : le combo idéal.

 

Le Nikon Festival

Le Nikon Festival est un concours invitant des centaines d’artistes à réaliser des courts-métrages sur un thème bien précis. Sa renommée mondiale permet à des réalisateurs de voir leurs oeuvres récompensées et mises en avant sur la scène cinématographique. Cette année le Nikon Festival a choisi comme thème : Le partage. Le choix de thèmes ouverts permet la création de courts-métrages tous aussi différents les uns que les autres et pouvant aller de la comédie au romantisme en passant par le drame. Voici la consigne du concours 2018 :

« Il y a des millions d’histoires à raconter autour du partage, du simple partage d’un repas jusqu’au partage d’une vie. Faites appel à votre créativité pour mettre en lumière cette notion qui fait partie du quotidien. Que ce soit une photo sur les réseaux sociaux, une voiture pour un trajet, un repas en famille, des idées, des valeurs …. Seul le partage compte ! Le Nikon Film Festival vous invite à illustrer cette notion de partage en moins de 2min20 à travers votre regard personnel, que ce soit une fiction, un film d’animation ou un récit historique. »

 

Je suis désorganisée : entre comédie et romance

Ce court-métrage humoristique sur la sexualité prône des valeurs simples : le non-jugement, la liberté et le partage. Les comédiennes Vanessa Zambernardi et Axelle Simon se sont alors lancées le défi de nous faire rire tout en donnant une leçon sur le jugement et la liberté du corps et de la sexualité de la femme. Mais elles feront probablement mieux passer leur message que moi :

« Nous sommes deux comédiennes et nous ne nous reconnaissons pas dans ce que nous voyons sur les écrans. Nous n’avons pas envie de parler ni de l’âge des femmes, ni de nous enfermer dans l’image que donne le corps d’une femme. Ni de nous interdire quoique ce soit au regard de cela. Nous avons fait ce petit film, qui d’une certaine manière parle de qui nous sommes. Nous avons envie de faire ce qui nous plaît, sans nous soucier d’âge ou d’apparence. Nous avons envie d’inverser les codes. Nous avons envie de liberté et de sororité. Nous avons voulu de la légèreté et de la bonne humeur. »

Et c’est chose réussie car ce petit film rassemble tous les critères pour que l’on rit sans pour autant juger les personnages. Il en ressort une bonne humeur qui vous fera changer d’avis sur les codes de la société et la sexualité féminine.

En savoir plus sur : - -

Publié par Benjamin le 26 Fév 2019
 
0