Un animateur soupçonné de viol sur un enfant de 3 ans dans un centre de loisirs en Essonne (vidéo)

La mère de l’enfant de 3 ans a rapporté le récit glaçant de son petit garçon au Parisien. Elle a porté plainte contre l’animateur qui lui, n’a pas été suspendu mais mis en arrêt maladie.

C’est dans la soirée du mercredi 18 septembre que l’enfant de 3 ans s’est confié à sa mère. « Quand nous étions à table, il m’a raconté sa journée » , explique-t-elle au Parisien. « Il m’a dit que l’animateur l’avait emmené à la sieste, lui avait mordu la joue, lui avait touché les fesses, le kiki. Il a dit qu’il lui avait mis le kiki dans la bouche«  . Un viol qui se serait produit au centre de loisirs de Villiers-sur-Orge (Essonne), le jour même de sa confession. L’enfant se rendrait dans ce lieu chaque semaine depuis la rentrée de septembre.

« Je lui ai demandé s’il avait eu mal. Il m’a dit non, mais qu’il avait eu envie de vomir » , ajoute-elle. Depuis ce jour, l’enfant « hurlerait » au moment de la sieste et lorsque sa mère le lave. « Je crois mon fils. Quand un enfant de trois ans vous raconte plusieurs fois la même chose, il ne ment pas » , conclut-elle.

Dès le lendemain, la mère décide de se rendre devant l’établissement avec son fils. « Il était là (l’animateur) et mon fils s’est mis à me serrer la main en me disant c’est lui«  . Elle s’est alors dirigée vers le commissariat de Sainte-Geneviève-des-Bois pour porter plainte contre l’animateur de 32 ans « pour viol sur mineur de moins de 15 ans » , indique le journal régional. Quant à l’animateur, il aurait déposé une main courante contre la mère après qu’ils se soient interposés près du centre de loisirs.

>>> À lire aussi : Accusé d’agression sexuelle, ce pasteur disait pratiquer du sexe oral pour « aspirer les démons » de ses victimes

« Aucun élément ne permet aujourd’hui de suspendre l’agent de ses fonctions »

Dans un courrier envoyé aux parents de l’établissement, la maire de la ville, Thérèse Leroux, aurait affirmé qu’une « enquête administrative diligentée par la municipalité a été ouverte«  , suite à la plainte de la mère. « Au vu des éléments recueillis pour l’instant, il semble qu’à aucun moment l’animateur ne soit resté seul avec l’enfant en question […]. Aucun élément ne permet aujourd’hui à la collectivité de suspendre l’agent de ses fonctions«  , aurait-elle ajouté en ne manquant pas de préciser que l’animateur, inconnu des services de police, serait « anéanti » .

Contactée par Le Parisien, Thérèse Leroux aurait précisé par téléphone que l’animateur n’aurait « jamais eu de soucis par le passé » et serait actuellement « présumé innocent » . L’homme de 32 ans, père d’un enfant en bas âge, n’aurait donc pas été suspendu mais serait en arrêt maladie.

>>> À lire aussi : Canicule : Un homme arrêté pour agressions sexuelles sur mineurs dans une piscine parisienne

Publié par Eugenie le 27 Sep 2019
0