Pour faire « comme dans un jacuzzi », cet homme a eu une idée absolument stupide et dangereuse !

Dans le Gard, à Bouquet, un homme à littéralement versé du liquide vaisselle dans une rivière protégée pour faire « comme dans un jacuzzi » . Résultat : le site est gravement pollué. Après des recherches, les gendarmes ont enfin mis la main sur cet individu, qui sera jugé en septembre 2020. Retour sur les circonstances de cette étrange affaire. Découvrez la vidéo ci-dessous :

À lire aussi : Refroidir la terre : les scientifiques ont une solution facile mais dangereuse !

À la base : une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un homme verser du liquide vaisselle dans une rivière protégée

Cet acte de pollution s’est précisément déroulé au niveau des cascades des Aiguières, un site hautement protégé car classé zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF). Au départ, les gendarmes détectent une substance étrange dans le cours d’eau du Valat de Séguissous, sur la commune de Bouquet.

Peu après, ils tombent sur une vidéo surprenante qui tourne sur les réseaux sociaux. Les gendarmes sont sous le choc. Les images démontrent un homme déversant un produit dans « une eau couleur émeraude » , rapporte la Gendarmerie du Gard. « Cette action fait apparaître de la mousse et un dépôt blanchâtre à la surface. L’internaute indique en commentaire « c’est que le début »«  affirment les autorités dans un post Facebook. Ils tiennent leur coupable.

Les autorités retrouvent donc rapidement le responsable. Il est originaire de Bagnols-sur-Cèze. Il avoue immédiatement son geste et l’explique de la manière suivante : pendant le confinement, il décide de se rendre jusqu’à cette rivière avec des amis. Sur place, il verse du liquide vaisselle « sur un coup de tête » dans ce site protégé pour faire « comme dans un jacuzzi » . L’homme en question n’a absolument pas eu conscience de son geste, la preuve, il a partagé instantanément la vidéo sur les réseaux sociaux, en pendant que « ce serait cool » . Raté.

L’individu sera jugé en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Alès et sera surement condamné à des travaux d’intérêts généraux. L’environnement est précieux. Il faut en prendre soin et condamner ses détracteurs. 

À lire aussi : Les plantes s’expriment ? Elles réagiraient au stress via des ultrasons !

Publié par Salomee le 29 Juin 2020
0