SAMU: Les causes de la mort de Naomi dévoilées !!

Sa mort avait fait le tour des médias en mai dernier. Naomi Musenga, une jeune de femme 22 ans, est décédée à Strasbourg. Les raisons de sa mort ont été révélées.

 

Le Paracétamol, raison de la mort de Naomi

La procureure de la République, Yolande Renzi, vient de communiquer les raisons de la mort de Naomi Musenga, la jeune femme de 22 ans. « Naomi a été victime d’une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours. La destruction évolutive des cellules de son foie a entraîné une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès. » Plus connus sous l’appellation de Doliprane ou de Dalfagan, le Paracétamol est un composé chimique présent comme antalgique dans de nombreux médicaments et qui peut être fatal quand il y a une surdose. La surconsommation  d’un produit tel que le paracétamol peut avoir des conséquences sur la personne concernée. A titre d’exemple, En 2009,  le paracétamol a tué 400 personnes aux Etats-Unis.

 

Les parents de Naomi n’y croient pas

De leur coté, c’est l’incompréhension chez la famille de la victime. Très touchés par la perte de leur fille,  les parents de Naomi considèrent que la raison est ailleurs. Polycarpe Musenga, le père de la victime, a donné son point de vue. « Je ne pense pas que c’est la cause qui a précipité le décès de ma fille. Beaucoup d’entre nous prenons du paracétamol, c’est une fille qui était bien informée de la manière dont on prend ce médicament. En temps voulu, on prouvera que ce n’est pas la prise de paracétamol qui a causé sa mort. » De son coté, la mère de la victime a une vision claire de la situation: « C’est comme si quelqu’un ne voulait qu’on voit autre chose que ce qu’on nous montre. »

 

Une histoire qui avait choqué les français

La victime, Naomi Musenga, avait perdue la vie pendant les périodes noël, le 29 décembre précisément. Elle avait essayé de contacter les secours. Cependant, son interlocutrice, standardiste pour le SAMU, n’avait pas pris au sérieux les requêtes de la jeune femme et avait écourté la conversation (vous pouvez réecouter l’enregistrement de leurs échanges dans la vidéo en haut d’article). Le 10 Juillet dernier, la famille Musenga avait été reçue par la procureur afin d’annoncer l’ouverture d’une enquête pour « non-assistance à personne en péril » contre l’opératrice du centre des appels d’urgence et tous autres, ainsi que du chef d’homicide involontaire contre X ».

En savoir plus sur : - -

Publié par La Rédaction le 13 Juil 2018
0