Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Pfizer : « Il fallait dire qu’il cause 3 fois plus de morts qu’AstraZeneca », une agence paye les influenceurs pour dénigrer le vaccin

Publié par Justine le 25 Mai 2021 à 9:55
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le 24 mai dernier, plusieurs messages sur Twitter révèlent la campagne qui se joue avec les influenceurs. Une agence de communication est prête à mettre le prix pour dénigrer le vaccin Pfizer en plein Covid-19. Explications.

Covid-19 : des influenceurs contactés pour dénigrer le vaccin Pfizer

>>> À lire aussi : Vaccination : des problèmes cardiaques détectés, ce que l’on sait

Les influenceurs comme arme de communication durant le Covid-19

Les langues se sont déliées ce 24 mai sur Twitter. Plusieurs influenceurs (YouTubeurs et Tik Tokeurs) ont révélé avoir été contactés par une agence de communication pour critiquer le vaccin Pfizer. Alors que la campagne de vaccination bat son plein en France, cette proposition complotiste et anti-vaccin ne passe pas.

En pleine pandémie de Covid-19, « Docteur JFK » sur Tik Tok indique à France Info : « Il fallait dire que le vaccin Pfizer/BioNTech causait trois fois plus de morts que AstraZeneca ». Il ajoute : « La personne qui m’a contacté voulait rester totalement incognito alors qu’en général, quand il y a un partenariat, il faut toujours citer la marque. C’était vraiment surprenant ».

S’ils acceptaient, les influenceurs (qui comptent plus d’un million d’abonnés) auraient pu recevoir 2 000 euros pour remettre en cause le vaccin Pfizer. Et ce partenariat aurait pu avoir de graves conséquences sur l’efficacité de la campagne de vaccination, notamment sur les plus jeunes.

>>> À lire aussi : Covid-19 : une 4e vague en France dès cet été ? Les prévisions de l’Institut Pasteur

Étrange affaire sur un vaccin contre le Covid-19

Les médias ont mené l’enquête sur l’agence et ont découvert que « l’agence Fazze » soi-disant domiciliée en Angleterre, alors qu’il n’y a pas de locaux. Le compte Twitter @dirtybiology va de découverte en découverte : « Tous les employés ont des profils LinkedIn chelous… qui disparaissent depuis ce matin. Tout le monde a bossé en Russie avant ».

Les Russes sont-ils à l’origine de cette tentative de manipulation en plein Covid-19 ? D’après France Info, les arguments sont similaires à ceux des promoteurs du SpoutnikV, le vaccin russe qui n’est toujours pas autorisé par l’agence européenne du médicament.

>>> À lire aussi : Vaccination : cette astuce permet de trouver instantanément un créneau sur Doctolib !