Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Don du sang : la loi d’abstinence sexuelle pour les personnes homosexuelles est reportée

Publié par Jessy le 27 Déc 2019 à 11:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après des années de polémique, de discussions et de concertations, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé en juillet dernier, que l’abstinence sexuelle imposée aux homosexuels était réduite à 4 mois, au lieu de 12, à partir du 1er février 2020. Une réduction importante, qui marque une grande avancée. Finalement, cette réduction est repoussée au 2 avril 2020 !

>> À lire aussi : Homosexualité : Son salaire diminue car il est gay et gagne « plus que les autres femmes du bureau »

Don du sang : l’abstinence imposée aux homosexuels réduite de moitié

C’est une grande nouvelle que le ministère de la Santé a annoncé l’été dernier. À partir du 1er février 2020, les homosexuels pourront faire don de leur sang après 4 mois d’abstinence, contre 12 jusqu’à présent. Un délai jugé beaucoup trop long, qui fait polémique depuis des années. Agnès Buzyn a annoncé une évolution importante des « conditions d’accès au don du sang pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes » comme le relate le communiqué de presse du ministère. Une avancée qui fait écho à l’accès au don du sang de 2016 et qui avait fait polémique. En 2018, Agnès Buzyn s’était engagée à revoir les conditions d’accès au don du sang pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, afin de faire disparaître la notion « d’orientation sexuelle » dans les dons.

Finalement, cette réduction de la période d’abstinence est décalée au 2 avril 2020, en vue du délai nécessaire afin d’imprimer les questionnaires mis à jour, que les candidats devront remplir afin de donner leur sang, a expliqué la Direction générale de la santé à l’AFP. Une nouvelle et une excuse qui ne convainc pas tous le monde, estimant que cette mise à jour aurait pu être faite entre Juillet 2019 et le 1er février 2020. « La date de fin de consultation des parties prenantes sur les projets définitifs d’arrêté et de questionnaire prè-don était mi-décembre, ce qui explique la publication de l’arrêté ce jour » , se justifie la DGS.

>> À lire aussi : Pascal Légitimus dérape en comparant pédophilie et homosexualité et choque les internautes (vidéo)

« Une évolution » et « une première étape »

La sécurité et les tests autour du don du sang restent toujours aussi pointus. Cette importante réduction présente, selon le ministère de la Santé, une « évolution » et « une première étape » vers l’égalité des conditions du don pour les homosexuels et hétérosexuels « à l’horizon 2022 » . Toute personne voulant donner son sang sera toujours soumise à des tests préalables afin de ne pas contaminer le receveur. Le ministère spécifie que cette décision « s’appuie sur des éléments scientifiques, objectifs et indépendants » . Le communiqué indiquait en juillet dernier que « l’ouverture du don du sang aux hommes n’ayant pas eu de relation sexuelle avec des hommes dans les 4 derniers mois avant le don » et « l’ouverture du don du sang aux hommes ayant eu un seul partenaire dans les 4 derniers mois avant le don » .

Être gay et donner son sang !

La communauté LGBT a longtemps lutté pour pouvoir donner son sang. Alors que le taux de contamination était 20 fois plus élevé chez les gays que chez les hétéros, ces derniers avaient l’interdiction de donner leur sang depuis 1983, comme le relate Libération. Mais depuis juillet 2016, les homosexuels peuvent enfin donner leur sang. La contre-partie ? Une abstinence sexuelle de 12 mois. Une décision qui déplaît, mais qui marquait déjà une légère avancée. Aujourd’hui, le ministère décide d’accélérer l’évolution des conditions d’accès au don du sang, mais rappelle que « chaque donneur qui s’engage dans cette démarche altruiste éthique et gratuite doit le faire en toute compréhension des critères lui permettant l’accès au don » .

>> À lire aussi : « Scènes de Ménages » se justifie enfin sur l’absence de couple homosexuel

0