Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Vomissements, diarrhées, de nombreuses personnes du même village touchées par de curieux symptômes !

Publié par Lucie B le 09 Fév 2021 à 12:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis mardi 2 février, plusieurs élèves et parents d’élèves sont atteints de vomissements et de diarrhées à Gragnague, au nord-est de Toulouse. La source de cette étrange épidémie est toujours inconnue.

La suite après cette publicité
épidémie-école-gragnague

À lire aussi : Covid-19 : les endroits où il y a le plus de contaminations révélés par l’Institut Pasteur

La suite après cette vidéo

Une étrange épidémie exponentielle et très rapide

Mardi 2 février, dans une école située dans la commune de Gragnague, plusieurs élèves tombent malades. Les enfants sont victimes de vomissements et de diarrhées, des symptômes sans gravité. Pas de quoi s’inquiéter de prime abord. Le problème, c’est que le mercredi, c’est maintenant 40 élèves qui présentent ces symptômes. Et l’épidémie va continuer car dès le jeudi, c’est 90 personnes, des élèves et des parents d’élèves qui ont des vomissements et des diarrhées.

La suite après cette publicité

Cette contamination exponentielle s’écarte du schéma de propagation d’une simple gastro-entérite. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette propagation massive, dont celle qui apparaît au début, la plus probable, une contamination à cause de l’eau du robinet.

L’eau du robinet et la cantine scolaire suspectées

Suite à cette centaine de cas recensés dans la commune de Gragnague, des contrôles bactériologiques ont été menés par le laboratoire départemental de l’eau à l’école. Résultat : « rien n’est ressorti, nous n’avons retrouvé aucune bactérie de type Escherichia coli dans les prélèvements, nous avons donc levé la suspicion sur l’eau et l’utilisation du robinet » .

La suite après cette publicité

Le principal suspect étant écarté, les soupçons se portent donc sur la cantine scolaire, et une potentielle toxi-infection alimentaire. La direction départementale de la protection des populations effectue des analyses sur le plat servi mardi 2 février, date de début de l’épidémie. Si cette hypothèse s’avère être fausse, il reste alors l‘hypothèse viral, ce qui expliquerait que des parents d’élèves sont également touchés.

Source : 20minutes

À lire aussi : Covid-19 et vitamine D : un centre anti-poison tire la sonnette d’alarme !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.