Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Drogue, alcool, cigarettes : Les addictions à risque qui s’amplifient en télétravail !

Publié par Romane TARDY le 07 Nov 2020 à 19:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Les Français sont de nouveau confinés et donc nombre d’entre eux sont passés en télétravail. Plus de déplacements, plus de discussions entre collègues, ce mode de travail à distance n’est pas bien vécu par tout le monde. Il présente un risque d’augmentation de certaines addictions comme l’alcool, le tabac ou la drogue.

La suite après cette publicité

A lire aussi : Restaurants : Très mauvaise nouvelle pour la vente à emporter et les livraisons !

Alcool, tabac, drogue, les risques du télétravail !

L’entreprise est parfois un moyen de contrôler ses dépendances et ses addictions. Toutefois, en confinement et en télétravail, on est plus surveillé et on peut se laisser aller à quelques excès mais qui peuvent parfois être dangereux. Selon une étude révélée par Le Parisien et menée par Odoxa, pour 41% des salariés et 47% des manageurs les pratiques addictives sont encore plus fréquentes en télétravail qu’en présentiel.

La suite après cette publicité

Ces craintes se sont avérées véridiques lors du premier confinement en mars. Il a été estimé que plus de 5 millions de Français avaient augmenté leur consommation d’alcool, qu’un fumeur de cannabis sur 4 avait augmenté sa dose et 22% des consommateurs d’anxiolytiques et de somnifères en ont consommé davantage. Pour le deuxième confinement, les Français appréhendent de retomber dans leur travers. 75% craignent d’augmenter leur consommation de tabac, 66% leur consommation d’alcool et 55% leur consommation de cannabis.

Plus de surveillance, ennui et solitude

Ces addictions peuvent être augmentées par le confinement car on a plus le regard des autres. « Lorsqu’on est dépendant, on se cache beaucoup du regard des autres. En travaillant à domicile, cette barrière saute et cela devient beaucoup plus compliqué. Et c’est applicable pour toutes les addictions » , explique Ariane Pommery, ancienne alcoolique et désormais patiente-experte au service d’addictologie de l’hôpital Bichat, à Paris. La consommation augmente aussi avec l’ennui et le sentiment de solitude provoqué par le confinement. Cette tendance ayant lieu dans l’espace privé, elle est incontrôlable.

La suite après cette publicité

Pour Ariane, il est nécessaire que chacun soit « en pleine conscience de sa consommation » . « Interrogez-vous ! Est-ce une récompense systématique ? Une réponse presque médicamenteuse à une difficulté ? Si ce n’est pas le cas, très bien. Mais si je ne peux pas m’en passer, est-ce qu’il ne serait pas temps d’en parler à mon médecin » , explique-t-elle. Elle compte également sur les entreprises et les pouvoirs publics afin de mettre en place des politiques de prévention adaptées aux nouveaux enjeux du télétravail.

Source : Le Parisien

A lire aussi : La Poste : ce gros chamboulement pour les fêtes de fin d’année !