Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Le dernier français dans le couloir de la mort est fixé sur son sort

Publié par FJ le 24 Avr 2023 à 9:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce samedi 22 avril 2023, Franceinfo a annoncé que la peine de mort de Joseph Jean, le dernier français condamné à mort aux Etats-Unis avait été commuée.

En effet, elle est désormais convertie en peine de prison à vie avec sans aucune possibilité de sortie. Une victoire pour sa mère qui se bat depuis des années pour que son fils soit reconnu comme malade après avoir tué deux jeunes adolescentes en 2011.

joseph jean peine prison comuee
© Pixabay

>>> À lire aussi : Marine Le Pen favorable à la peine de mort ? Ses nouveaux propos polémiques sur ce sujet épineux

La peine de mort encore présente aux Etats-Unis

C’est une avancée majeure dans la loi française. En octobre 1981, grâce au travail de Robert Badinter, la peine de mort était enfin abolie. Une victoire pour tous ceux qui n’avaient cessé de la dénoncer, assurant qu’elle portait atteinte à l’intégrité et aux droits des Hommes.

Une loi désormais inscrite dans la Constitution et à laquelle l’hexagone tient. Malgré cette avancée majeure, tous les pays n’ont pas décidé de l’abolir. C’est le cas notamment des Etats-Unis. Et bien que la peine de mort soit interdite en France, il resterait un condamné à mort français outre atlantique.

>>> À lire aussi : La peine de mort a été autorisée dans ce pays européen : pour quel motif ?

Joseph Jean voit sa peine commuée

Il s’agit de Joseph Jean, condamné en 2011 à la peine de mort après avoir tué deux adolescentes à la batte de baseball en avril 2011, au Texas. Sa mère se bat sans cesse depuis cette date pour qu’il soit reconnu comme étant malade. 

Et ce samedi 22 avril 2023,selon les informations de Franceinfo, sa peine a été commuée et modifiée en peine de prison à vie, sans possibilité de liberté : « Je vais pouvoir le prendre dans mes bras, je vais pouvoir le toucher » s’est-elle félicitée. En effet, dès 2013, ses avocats avaient remis en cause la légitimité de la peine de mort, assurant qu’il était déficient mental, un diagnostic incompatible avec la peine de mort selon une décision de la Cour suprême en 2002.

>>> À lire aussi : Peine de mort : Trois condamnés exécutés dans la même journée

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.