Edouard Philippe de retour au gouvernement ?

Publié par Elisa le 11 Oct 2020

Edouard Philippe a réintégré le Conseil d’Etat dès le lendemain de sa démission à Matignon. Cependant, il ne va pas y siéger.

Edouard Philippe argent

Un arrêté, signé par Jean Castex, dispose qu’Edouard Philippe a été réintégré dans ses fonctions au Conseil d’Etat à compter du 4 juillet 2020. Une date non hasardeuse puisqu’il s’agit du lendemain de la démission de l’ancien Premier ministre de Matignon. “A compter de la date de fin de ses fonctions de Premier ministre, le 3 juillet, un délai s’est ouvert durant lequel Edouard Philippe était contraint de demander sa réintégration au Conseil d’Etat. Le cas échéant, il aurait été radié des cadres de la fonction publique.”, décrypte Emmanuel Aubin, professeur agrégé de droit public à l’université de Tours. Et ce n’était pas dans les intentions d’Edouard Philippe.

Edouard Philippe ne va pas siéger

La juridiction du Palais-Royal est le “corps d’origine” que le haut-fonctionnaire, fraîchement diplômé de l’ENA, avait rejoint en 1997. Mais le maire du Havre ne va pas siéger au Conseil d’Etat. A peine sa réintégration “formelle” officialisée, il a immédiatement demandé à être placé en disponibilité pour toute la durée de son mandat local, c’est à dire jusqu’en 2026 comme la loi le prévoit. Ce dispositif offre la possibilité à des hauts-fonctionnaires de quitter temporairement leur corps d’origine, sans abandonner définitivement leur statut. Contrairement au détachement, un placement en disponibilité ne permet pas de continuer à bénéficier de l’avancement de carrière, ni même de cotiser pour sa future retraite.

5 000 à 10 000 € brut par mois

“Avec cette disponibilité, il garde la possibilité de réintégrer le Conseil d’Etat pour de bon. A l’issue de son mandat, voire plus tard, s’il sollicitait un nouveau placement”, note Emmanuel Aubin. Ce retour lui permettrait de bénéficier de la rémunération des membres de l’institution. Soit 5 000 à 10 000 euros brut par mois, en fonction de l’avancement. Edouard Philippe retrouverait également la possibilité de cotiser en vue de percevoir sa retraite de haut-fonctionnaire à l’âge de 62 ans.

A lire aussi: Edouard Philippe très glamour : sa sortie très remarquée sur le tapis rouge !

0