Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Reconfinement la semaine prochaine ? Ces « mesures plus lourdes » qui pourraient tomber…

Publié par Lucie B le 07 Jan 2021 à 10:45

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, invité sur France 2, a été interrogé sur le reconfinement, il évoque des mesures plus lourdes à partir de la semaine prochaine.

Jean-François-Delfraissy

À lire aussi : Covid-19 : Ce que devrait annoncer Jean Castex ce jeudi !

La situation épidémique de la France au stade intermédiaire

Invité sur France 2, mercredi 6 janvier, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy dresse la situation épidémique de la France. Par rapport à ses voisins européens, la France est une « bonne élève en ce moment » . Toutefois, Jean-François Delfraissy ajoute suite à cette déclaration : « ça risque de ne pas durer ». D’après lui, « on est dans une situation un peu intermédiaire, mais on arrive à des chiffres qui sont préoccupants« .

Mardi 5 janvier, Santé Publique France recensait 20 489 nouveaux cas de Covid-19 en seulement 24 heures, quatre fois plus que l’objectif sanitaire fixé par Emmanuel Macron, comme condition à un retour à une vie normale. Une légère augmentation épidémique alors que jusqu’alors, la France était sur un plateau aux alentours des 15 000 cas quotidiens .

Les 3 marqueurs à surveiller selon Jean-François Delfraissy

Questionné sur un possible reconfinement, le troisième, Jean-François Delfraissy fait une réponse pas très encourageante. « Ce soir, ce n’est surement pas le moment, au milieu de la semaine prochaine, cela sera peut-être le moment de discuter de mesures plus lourdes pour éviter une extension de l’épidémie » .

Pour le président du Conseil scientifique, il y a 3 marqueurs qu’il faut observer attentivement pour prendre, ou non, de nouvelles mesures plus lourdes : « le nombre de nouvelles contaminations, le nombre d’hospitalisations et le pourcentage d’infectés dans la population âgée » . Pour ce dernier marqueur, Jean-François Delfraissy l’explique car la population âgée « est la plus à risque ensuite d’être hospitalisée, et d’être hospitalisée en soins intensifs » .

Source : BFMTV

À lire aussi : Covid-19 : Les enfants plus touchés par le variant britannique ? Cette théorie qui inquiète