Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >

Un ancien policier met en scène la mort de son fils pour une raison affreuse…

Publié par Quentin VIALLE le 23 Nov 2020 à 20:21
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Il n’est pas rare que nous vous relations des histoires d’enfants qui cachent la mort de leur parent pour continuer à toucher leur retraite (comme cette terrible histoire vous pouvez le lire ICI). Mais cette fois, c’est une histoire un peu différente que nous vous relatons aujourd’hui.

La suite après cette publicité

Un homme a expliqué que son fils de 19 était mort, afin de se faire rembourser les frais de scolarité de son école privée. Le père, ancien policier, est actuellement en garde à vue. surréaliste !

La suite après cette vidéo

Inventer la mort de son fils pour se faire rembourser son école

Cet homme, habitant de Salon-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône, a déclaré le décès de son fils de 19 ans, qui étudiait à Game Sup, une école privée située à Lyon. L’objectif du père ? Obtenir le remboursement intégral des frais de scolarité, soit environ 900 euros.
En effet, cet ancien policier municipal est soupçonné d’avoir produit un faux certificat de décès, sur lequel il y avait une faute d’orthographe assez grossière.
La secrétaire de l’établissement a alors immédiatement appelé le service de l’état-civil de la mairie de Salon-de-Provence, pour avoir une confirmation du décès. Résultat ? L’état-civil lui indique alors que l’étudiant est en très bonne santé… Incroyable, mais vrai.

A lire aussi >>> Honteux : De faux tests PCR négatifs délivrés… un vaste réseau qui inquiète !

La suite après cette publicité

Un agent municipal complice ?

Une plainte a été déposée et l’enquête a conclu que le document était bien un faux certificat de décès. De plus, les autorités ont arrêté un agent municipal de 54 ans, qui aurait fourni illégalement un tampon de la mairie.

Les deux hommes ont été placés en garde à vue, et nient en bloc les faits qui leurs sont reprochés. Le père de famille aurait par ailleurs affirmé aux autorités que des personnes cherchent à « lui nuire« .

La suite après cette publicité

Ils seront jugés en juin prochain et risquent tous deux la radiation de la fonction publique, avec bien évidemment des poursuites pénales.

A lire aussi >>> Covid-19 : des décès attribués au virus alors que les patients n’étaient pas atteints ?

Source : Actu.fr

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.