Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Mort de Valéry Giscard d’Estaing : qui est sa veuve ?

Publié par Lucie B le 05 Déc 2020 à 21:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’ancien président de la République de 1974 à 1981, Valéry Giscard d’Estaing est décédé mercredi 2 décembre, des suites du Covid-19. Il était marié avec Anne-Aymone de Brantes et a eu quatre enfants.

À lire aussi : Valéry Giscard d’Estaing : Ce drame personnel qui a marqué sa vie 

Un mariage et un couple heureux

Anne-Aymone de Brantes est née le 10 avril 1933. Elle est la fille du lieutenant-colonel de cavalerie, François de Brantes, officier de la Légion d’honneur, membre de l’ORA, mort en 1944 au camp de concentration de Melk-Mauthausen en Autriche. Quand elle rencontre son futur mari, Valéry Giscard d’Estaing, elle a 18 ans et lui 26 ans. Anne-Aymone et Valéry se marient le 17 décembre 1952 à la mairie du 8e arrondissement de Paris et le 23 décembre à la chapelle du Château de Fresnes à Authon. Ensemble, ils auront quatre enfants : Valérie-Anne, Henri, Louis et Jacinte.

Anne-Aymone, la première Première Dame

Anne-Aymone Giscard d’Estaing soutient son mari pendant sa campagne présidentielle en 1974. Malgré sa timidité et sa réserve, elle est la première femme de président à affirmer son rôle de Première Dame. Valéry Giscard d’Estaing déclara un jour à son propos : « quand je parle de dignité et de qualité, c’est à vous, madame, que je pense ». Durant les sept ans du mandat de Valéry Giscard d’Estaing, Anne-Aymone ne résidera jamais au palais de l’Élysée, qu’elle considère être un lieu de travail et non de domiciliation.

En tant que Première Dame, Anne-Aymone a plusieurs engagements nationaux et internationaux. Elle est notamment la créatrice et présidente de la Fondation pour l’enfance qui vient en aide aux enfants maltraités, de 1977 à 2012. Même si Anne-Aymone a soutenu son mari lors de la deuxième campagne présidentielle, elle est soulagée par la défaite. « Le poids des obligations officielles, c’est vraiment quelque chose de lourd. Certaines activités ne sont pas très drôles tous les jours. L’idée de refaire la même chose pendant encore sept ans, c’est éprouvant. Quand je pense aux malheureuses souveraines, en Angleterre aux Pays-Bas ou au Danemark qui ont cela à vie, je ne les envie pas ».

À lire aussi : Valéry Giscard d’Estaing : Son souhait bien particulier pour son enterrement !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail