Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Écologie

De nouveaux virus dangereux sur le point de se propager à cause de la fonte des glaciers ?

Publié par Hugo Plassot-Moizan le 13 Juil 2022 à 9:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est un scénario que l’on peut voir dans des films ou des séries. Mais il est dorénavant bel et bien réel. En effet, au Tibet, le réchauffement climatique global a impacté plusieurs sommets du pays. A tel point que la fonte des glaces a précipité l’apparition de microbes et virus inconnus qui étaient emprisonnés dans la glace depuis des siècles. Des microbes enfermés depuis des millénaires dans ce que l’on appelle le troisième pôle terrestre.

fonte des glaces

Une fonte des glaces historique

Au Tibet, sur ce que l’on considère comme la troisième plus grande réserve de glace au monde, le réchauffement climatique est visible bien trop facilement. De nombreux sommets connaissent une fonte des glaces bien supérieures à la normale. Cette fonte a libéré des virus et microbes encore inconnus des chercheurs. Un fait rare qui montre à quel point le réchauffement climatique impacte considérablement notre écosystème.

Des scientifiques chinois ont tout simplement découvert pas moins de 968 nouvelles espèces organiques. Elles ont été classées dans ce qu’ils appellent le « Catalogue complet du génome et des gènes du glacier tibétain » . Une liste qui selon eux devrait s’allonger dans les prochaines années au vu de la situation écologique.

Des spécimens à analyser

Dans cette découverte malheureuse, on a pu découvrir des microbes qui possèdent une incroyable capacité de survie. Ils sont résistants à des conditions extrêmes où se mêlent radiations solaires, manque de nourriture et températures très basses. Les chercheurs ont également constaté que ces bactéries avaient la capacité de ressusciter après des décennies inactives dans les glaciers. Mais derrière ces caractéristiques exceptionnelles, se pose la question de leur impact sur la nature à court et moyen terme.

Les chercheurs vont devoir se pencher sur leur mode de diffusion et leur vie et impact environnemental. Selon les premières analyses, ces organismes sont emprisonnés depuis plus de 10 000 ans. Les scientifiques ont déjà répertorié 3 241 génomes venus de différents glaciers depuis 2016, dont 82 % sont totalement étrangers. Une autre équipe chinoise a pu quant à elle clairement identifier la date à partir de laquelle certains micro-organismes pris dans le gel du Tibet nous arrivent aujourd’hui en vie. On avoisinerait plus de 15 000 ans d’existence.

0