Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Horreur dans l’Hérault : Amandine, 13 ans, morte affamée par sa mère et son beau-père

Publié par Celine Spectra le 25 Avr 2022 à 11:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les fous sont décidément partout ! En effet, alors que nous vous dévoilions il y a peu que treize enfants de 3 à 5 ans auraient dénoncé des faits de viols et agressions sexuelles commis par un animateur… Le 6 août 2020, dans l’Hérault, les secours ont été contactés par une femme qui affirmait que sa fille de 13 ans, Amandine, était inconsciente après avoir fait un malaise.

Sur place, ils ont malheureusement trouvé une jeune fille morte, visiblement à la suite de la maltraitance ! En effet, l’adolescente serait morte de faim et aurait été affamée par sa mère et son beau-père !

Horreur dans l'Hérault retour sur l'affaire d'Amandine, 13 ans, morte affamée par sa mère et son beau-père !

Pixabay

Retour sur l’affaire d’Amandine, une adolescente victime de l’horreur humaine

Visiblement, certaines fois, le danger pour les enfants ne vient pas des virus qui circulent, mais surtout des parents ! Ce mardi 5 avril, la cour d’appel de Montpellier a refusé de remettre en liberté de Jean-Michel Cros. Cet homme de 47 ans était incarcéré depuis mai 2021 pour privations de soins et d’alimentations ayant entraîné la mort suite au décès d’Amandine, 13 ans, la fille de sa conjointe. Lorsqu’elle a été retrouvée morte par les secours, l’adolescente ne pesait que 28 kilos.

L’enquête qui a suivi a établi qu’Amandine avait passé les derniers mois de sa vie enfermée nue dans un débarras. Elle était également privée de nourriture et soumise à de multiples punitions. Les parents avaient par ailleurs positionné des caméras dans toute la maison afin de suivre les images du calvaire de la petite depuis le téléphone de chacun des deux adultes.

Une peine maximale de trente ans

L’horreur toujours l’horreur… Le calvaire de cette adolescente laisse penser que certains ne méritent aucunement d’être parent.

Cette demande en liberté rejetée était la deuxième demande déposée par Jean-Michel Cros depuis son incarcération. Me Mercier, son avocat, avait souligné que le dossier d’instruction est, à ce jour, presque clôturé. Pour l’heure, l’enquête reste en cours et c’est le cabinet du juge biterrois qui est chargé du dossier. Le couple risque désormais une peine de trente ans de réclusion criminelle.

0