Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Perquisition dans l’affaire Jubillar : « ADN et traces de boues » , les résultats de l’analyse de sa voiture enfin révélés !

Publié par Justine le 01 Sep 2021 à 13:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Très attendus par les enquêteurs, les résultats des analyses de la voiture de Delphine Jubillar sont enfin révélés au public ! Que nous apprennent-elles sur la nuit de la disparition de la mère de famille ?

La suite après cette publicité
Delphine Jubillar analyse voiture

 

>>> À lire aussi : « Vous êtes pathétiques » : Cédric Jubillar pète les plombs sur une amie de sa femme disparue

La suite après cette vidéo

Que révèle la voiture de Delphine Jubillar ?

La suite après cette publicité

8 mois après la disparition de Delphine Jubillar, les enquêteurs ont enfin procédé à l’analyse minutieuse de la voiture de l’infirmière. En effet, le véhicule de la jeune maman n’était pas garé sur sa place de parking habituelle, avait une fenêtre ouverte en plein mois de décembre et de la buée sur les vitres. Autant d’éléments suspects qui pourraient faire considérablement avancer l’enquête.

L’un des trois avocats de Cédric Jubillar, Jean-Baptiste Alary dévoile les conclusions dans les colonnes de Midi Libre. Alors qu’il avait trouvé une explication pour la place de parking : « Cette histoire de stationnement n’est pas sérieuse. Il y a une multitude de raisons pour que la voiture ait été garée dans un autre sens que d’habitude », l’avocat confirme ce que les enquêteurs redoutaient : rien n’a été trouvé.

>>> À lire aussi : Mort d’Aurélie Vaquier : Nouveau rebondissement dans l’enquête

La suite après cette publicité

Delphine Jubillar, son mari bientôt libre ?

La Défense de Cédric Jubillar révèle que « Rien n’a été trouvé d’intéressant dans cette voiture. Pas de terre, de boue, de trace ADN de Delphine dans le coffre ». Au vu de ces nouveaux éléments, l’avocat demande la remise en liberté de son client.

En effet, Jean-Baptiste Alary s’appuie sur d’autres faits suspects qui ne sont pourtant pas exploités par les enquêteurs. Il évoque notamment la voiture « qui passe devant la pharmacie tellement vite qu’on n’arrive pas à identifier son immatriculation » et la personne qui s’est accusée du meurtre. Choqué, il déclare : « Que je sache son alibi n’a pas été vérifié, ni le bornage de son téléphone. Et aucune perquisition n’a eu lieu à son domicile. C’est une piste à creuser ». Les enquêteurs vont-ils résoudre l’affaire Delphine Jubillar ?

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Delphine Jubillar : ce détail qui pourrait innocenter son mari

Source : Midi Libre

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.