Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Des embryons humains en bocaux découverts chez un médecin…

Publié par Jessy le 26 Jan 2023 à 11:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En 2021, un médecin habitant dans la commune de Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône, est décédé. Son conjoint a fait appel à des ouvriers pour vider le garage de la propriété du médecin. Alors que des jumeaux issus d’embryons congelés depuis 30 ans ont pu naître, les ouvriers ont fait une découverte macabre. Le médecin gardait dans son garage des embryons humains en bocaux. Une enquête est ouverte.

Publicité

À lire aussi : Cet adolescent avait mal au ventre : les médecins retrouvent quelque chose de fou dans son intestin

Un médecin gardait des embryons humains dans son garage !

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Dans les Bouches-du-Rhône, un médecin semblait s’adonner à des pratiques ou expériences mystérieuses. Un an après son décès, des ouvriers chargés de vider son garage ont fait la découverte d’embryons humains en bocaux. Alors qu’à la naissance, ce bébé tenait dans sa main quelque chose de surréaliste, les embryons n’étaient pas prédisposés à être inséminés. Les ouvriers ont rapidement appelé la gendarmerie qui s’est rendue sur les lieux. Le procureur de la République de Tarascon, Laurent Gumbau, a indiqué qu’une autopsie sera effectuée sur les embryons et une enquête est ouverte pour déterminer leur provenance, comme le rapporte BFM Marseille. Interrogé par la gendarmerie, le conjoint du médecin a affirmé n’avoir « jamais entendu parler » de ces embryons.

Publicité

À lire aussi : Elle doit verser 40 000 euros à celui qui a abusé d’elle pendant 10 ans

finistere drame famille morte

L’enquête devra déterminer s’il y a infraction

Les médias locaux se sont également rendus sur place pour avoir plus d’informations. À ce stade, les incertitudes et les interrogations sont sans réponse. Le procureur a indiqué à BFM Marseille que l’enquête déterminera également si les prélèvements ont été effectués dans « un cadre légal » afin de comprendre si les enquêteurs sont face à un « recel de cadavre » . « Il faut estimer si ces enfants étaient viables […] Il faut déterminer le moment de leur conception » . Aucune information ne peut donc être donnée pour le moment aux proches du médecin. Selon La Provence, les embryons ont pu être prélevés et conservés dans un cadre légal. Un fait divers qui fait froid dans le dos, alors que le corps du jeune Noé Chardron, disparu en décembre, a été découvert dans la Seine.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Publicité

À lire aussi : Une mère de famille sans pitié pour son coq de compagnie après qu’il ait blessé sa fille