Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

4 ans de prison pour avoir fait une fausse couche à 17 semaines de grossesse

Publié par Nicolas F le 19 Oct 2021 à 7:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Brittney Poolaw a vécu l’expérience traumatisante de perdre son bébé à plus de quatre mois de grossesse. En plus de devoir se remettre de sa fausse couche, elle doit à présent subir une peine de prison de 4 ans pour avoir entrainé la mort de son enfant. La mère a admis qu’elle avait consommé de la drogue durant la grossesse.

>>> À lire aussi : Enceinte de 2 mois, elle pense faire une fausse couche après qu’un policier renverse sa voiture

Elle a perdu son fœtus à la 17e semaine de grossesse

En 2020, Brittney Poolaw, 19 ans, a été emmenée à l’hôpital pour des examens, après avoir accouché seule chez elle. Les secouristes ont trouvé sur place un fœtus mort. La mère ne semblait pas souffrir d’un problème de santé. L’autopsie indiquera que le fœtus était à sa 17e semaine. Ce 5 octobre 2021, Brittney comparaissait devant un tribunal de l’Oklahoma. À l’issue de son procès, elle a été reconnue coupable de meurtre au premier degré. Durant son procès, elle a admis avoir consommé de la marijuana et de la méthamphétamine pendant la grossesse. Bien que l’usage de drogue puisse avoir un lien avec la fausse couche, cela n’est pas certain non plus.

>>> À lire aussi : Elle fait une fausse couche mais 3 mois plus tard, elle sent son ventre gonfler d’une façon étrange : Les médecins n’en reviennent pas !

Elle est condamnée à 4 ans de prison pour sa fausse couche

La condamnation ne respecte pourtant pas les lois en vigueur en Oklahoma, qui indiquent qu’une mère ne peut être tenue responsable pour la perte de son fœtus, mort avant la 20e semaine. Pour le procureur, il ne fait aucun doute que la perte du fœtus est due aux injection de drogue par intraveineuse. Lorsqu’elle a été emmenée à l’hôpital, juste après avoir accouché chez elle, elle a été testée positive aux deux drogues mentionnées. Un rapport toxicologique réalisé sur le bébé indique qu’il était positif à la méthamphétamine mais aussi à l’amphétamine. Cette condamnation a été très critiquée par l’ensemble des institutions médicales, comme l’Académie américaine de pédiatrie qui craint que ce genre de condamnation n’augmente les cas de grossesses compliquées chez les femmes consommatrices de drogue, qui auront peur de la stigmatisation.

>>> À lire aussi : Une femme fait semblant d’être enceinte pour cacher 4 kg de drogue dans son ventre

elle fait une fausse couche et finit en prison
Crédits : KSWO