Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Fusillade dans une école primaire : Eva Mireles, qui est cette héroïne qui s’est sacrifiée pour protéger ses élèves ?

Publié par Celine Spectra le 26 Mai 2022 à 20:43
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Eva Mireles, institutrice de 4th grade, ce qui correspond au CM1, a été tuée par Salvador Ramos lors d’une fusillade à Uvalde, au Texas. Mais son héroïsme a permis de sauver la vie de plusieurs enfants.

Publicité
Fusillade dans une école primaire : Eva Mireles. qui est cette héroïne au grand cœur" ?

Twitter

Eva Mireles, première victime de la tuerie d’Uvalde

Ce mardi 24 mai, un jeune homme âgé de 18 ans, Salvador Ramos, a abattu dix-neuf enfants et un adulte dans une école élémentaire du Texas. Pour l’heure, ses motivations restent encore inconnues. Mais parmi ses victimes, on sait déjà que se trouvait une “héroïne”, répondant au doux nom d’Eva Mireles.

Cette femme âgée de 44 ans était l’institutrice. Depuis cinq ans, elle exerçait avec plaisir avec Irma Garcia, sa collègue, dans une classe à la Robb Elementary School d’Uvalde. Les deux femmes s’occupaient d’enfants de 9 à 10 ans. Et certains étaient porteurs d’un handicap.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Publicité

Dès les premiers tirs, l’institutrice a pris plusieurs de ses élèves dans les bras afin de les protéger tant bien que mal des balles de Salvador Ramos…

Sa fille rend hommage à son héroïne sur les réseaux sociaux

Maman, tu es une héroïne”. Voici comment a débuté ce mercredi 25 mai une lettre poignante sa fille Adalynn publiée sur les réseaux sociaux. Celle-ci étant adressée à “la moitié qui me rendait entière”. Une jeune femme diplômée d’université dévoile ainsi de simples souvenirs partagés avec sa mère.

Publicité
Publicité

Les coups de téléphone “dès qu’ils sortaient du travail”… De son sens de l’humour, lorsque plus jeune, elle peinait à se lever… Des discussions autour de la cuisson d’un plat. “Je voudrais tant […] sentir encore les callosités sur tes mains… Car tu n’étais pas qu’une simple enseignante, mais tu étais aussi une sportive des plus assidues”, fini par conclure, encore sous l’émotion du drame, la jeune Adalynn Ruiz.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN