Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Hamza, 12 ans : Cette alerte enlèvement serait une énorme erreur de la police

Publié par Fanny Jacob le 11 Jan 2022 à 6:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Publiée publiquement le 18 décembre dernier, cette alerte enlèvement a été vue par des millions de Français à travers le pays. La police y recherchait Hamza, 12 ans, qui aurait été kidnappé par son papa âgé de 40 ans. Sauf que… Halim, le père de l’enfant, avait bien prévenu la police qu’il devait récupérer son fils… Cette alerte enlèvement aurait-elle vraiment été lancée par erreur ?

La suite après cette publicité
alerte enlèvement

>>> A lire aussi : Leboncoin : Un adolescent se rend à un rendez-vous pour une vente de téléphone et se fait poignarder…

Une alerte enlèvement : Ce père qui aurait « enlevé » son fils

Halim doit comparaitre devant la justice ce lundi 10 janvier 2022 suite à cette alerte enlèvement. Dans cette publication de police, ce dernier est accusé d’avoir « enlevé » son propre fils à Fouquières-Les-Lens ce 17 décembre dernier. À cette époque, Hamza, 12 ans, était placé en famille d’accueil. Il s’agissait d’une nouvelle famille, alors que ses parents se disputaient sa garde.

La suite après cette vidéo
La suite après cette publicité

Le jeune garçon aurait envoyé un message à son père le soir du 17 décembre 2021 lui expliquant être mal dans cette famille-ci. Hamza avait déjà connu des violences dans une précédente famille d’accueil, c’est pourquoi son père est venu le chercher. L’enfant l’aurait même supplié de venir et l’aurait menacé de fuguer si son père ne venait pas…

Le père a donc récupéré son fils chez sa nouvelle famille d’accueil. Celle-ci, inquiète de voir l’enfant partir avec un « homme inconnu » a contacté la police. Ni une ni deux, la police a lancé cette alerte enlèvement dès le lendemain sur tous les canaux dans l’espoir de retrouver le jeune garçon. Une alerte qui aurait été déclenchée par erreur par la police elle-même, puisque le père aurait contacté le commissariat juste après avoir récupéré son fils…

Il a passé plusieurs appels au commissariat

La suite après cette publicité

Et en effet : Halim a bien téléphoné à la police juste après être venu chercher son fils en trombe. Le parquet de Béthune a d’ailleurs confirmé ces informations : la police savait que le père avait récupéré son fils avant de lancer l’alerte. Il a aussi communiqué que le père était actuellement en garde à vue. Celui-ci doit être jugé aujourd’hui. Les preuves de ses appels au commissariat serviront donc en sa faveur. D’autant que le père n’a pas été violent avec l’assistante maternelle qui lui a ouvert la porte ce soir-là.

Les autorités ont quand même décidé de lancer cette alerte enlèvement. La raison ? Le père était connu des forces de police pour être un homme « déterminé » et « potentiellement dangereux » .  De plus, le service d’enquête qui travaille sur l’Alerte enlèvement n’avait pas été informé de ses appels… Et donc, il ne savait pas que le commissariat avait été prévenu !

Le samedi 18 décembre au matin, l’alerte est lancée, mais la référente sociale en charge du dossier d’Hamza était pourtant informée du lieu où se trouvait le garçon. Le père s’était même présenté au commissariat le jour même pour les prévenir en personne.

La suite après cette publicité

L’enquête a été conclue comme suit : « Le père avait tout entrepris pour signaler les faits aux services sociaux et aux services de Police.  Mais une mauvaise communication entre les différents acteurs de la soirée a conduit à déclencher l’Alerte enlèvement » .

L’homme est quand même jugé pour « soustraction de mineur »

Le père du jeune Hamza est quand même jugé ce jour pour soustraction de mineur. La situation aurait pu passer sans encombre si ce dernier n’avait pas déjà été sous contrôle judiciaire.

La suite après cette publicité

« Ce père de famille n’a jamais été en dehors des clous, il ne s’est jamais montré dangereux, il a toujours suivi les règles de droit. Le plus grave pour lui, c’est qu’on se serve de cette poursuite pour porter atteinte à ses droits de père dans les procédures parallèles qui concernent la garde de son fils » , a déclaré son avocat. Il encourt jusqu’à 1 an de prison.

>>> A lire aussi : Affaire Jubillar : Pourquoi le sapin de Noël de Delphine pourrait tout changer ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.