Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Il tuait et démembrait des gens qu’il chassait sur Twitter : il vient d’être condamné à mort

Publié par Elisa GERLINGER le 19 Déc 2020 à 10:39
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un tueur en série de 30 ans a été condamné à mort au Japon. Il est le meurtrier de huit femmes qu’il chassait sur Twitter, d’où son nom « le tueur de Twitter ».

twitter

>>> A lire aussi: Mort d’une star d’Internet après une opération de chirurgie esthétique !

Ce mardi 15 décembre, Takahiro Shiraishi, un homme de 30 ans, a été condamné à mort par un tribunal de Tokyo au Japon. Il a tué et démembré neuf personnes âgées de 15 à 26 ans, dont huit femmes, en 2017. La neuvième victime était le frère de l’une d’entre elles. La presse l’avait surnommé « le tueur de Twitter« . En effet, le criminel chassait ses proies sur le réseau social, dissimulé derrière un pseudonyme qui se traduit par « bourreau ».

Il trouvait ses victimes sur Twitter

Chacune de ses victimes avait exprimé des pensées suicidaires que Twitter, et c’est par ce biais-là que l’assassin réussissait à entrer en contact avec elles. Il leur promettait alors de les aider à mourir. Une promesse qu’il a donc tenue. Elles ont toutes accepté de se rendre à son domicile, laissant donc Takahiro Shiraishi mettre fin à leurs jours. La principale problématique de l’enquête a donc été de déterminer si l’homme de 30 ans avait tué ces femmes avec leur consentement ou non.

>>> A lire aussi: Accident de la route: Un automobiliste et deux chevaux sont morts ! (vidéo)

Le tueur condamné à mort

Selon les avocats de l’accusé, il ne peut être tenu responsable puisqu’il avait l’approbation des femmes sur la base des messages qu’elles lui avaient envoyés. Mais les procureurs ne sont pas d’accord. Ils mettent en avant le fait que les victimes ont tenté de se débattre lorsque le japonais les étranglait. Il a donc été finalement condamné à la peine de mort.

« Aucune des neuf victimes n’a consenti à être tuée, même tacitement », a déclaré le juge dans des propos rapportés par la chaîne de télévision publique NHK. Il souligne également que les faits sont « d’une extrême gravité » et que la « dignité » des femmes assassinées avait été « piétinée ». Takahiro Shiraishi, qui a reconnu les faits, ne fera pas appel.

>>> A lire aussi: Mort d’Emmanuel Macron : que se passerait-il si le Président succombait au Covid-19 ?

0