Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Meurtrier des Cévennes : les images de sa cache dévoilées

Publié par Gabrielle Nourry le 17 Mai 2021 à 13:00

Valentin Marcone est accusé d’un double homicide dans les Cévennes, il a été mis en examen ce dimanche pour assassinats. Le meurtrier présumé a été traqué pendant plus de trois jours et s’était caché dans un trou à sangliers avant de rendre pacifiquement.

>>> A lire aussi : Le meurtrier des Cévennes vient de se rendre

Un trou à sangliers comme cache

Valentin Marcone est resté en cavale pendant 83 heures entre le moment du double meurtre et son arrestation. Il est resté caché dans un trou à sanglier, situé à seulement une quarantaine de minutes à pied de son domicile.

Sa cachette était située dans une zone très vallonnée difficile d’accès. Le suspect a tenté d’aménager sa cache à mains nues et y a notamment ajouté des branchages pour se dissimuler.

Auprès de BFMTV, l’adjudant-chef Cédric Morales qui est le commandant du peloton de surveillance de la gendarmerie Saint-Hyppolyte-du-Fort souligne que « la marche est très compliquée pour accéder à cette cache. Vous avez sur le flan de montagne une multitude de trous, et c’est facile de dissimuler dans cette nature montagneuse » .

 

Valentin Marcone n’aurait pas échapper aux enquêteurs

La cache située en hauteur, sous une roche, est près d’un ruisseau. Selon l’adjudant-chef, le fugitif a pu s’hydrater et survivre grâce à ce point d’eau. Ce dernier souligne également que « il y avait eu des orages et qu’il y avait forcément de l’eau dans ce petit ruisseau »  ajoutant que « à cette période, les températures sont supportables » .

Valentin Marcone n’a donc pas eu de difficultés à rester caché pendant sa cavale mais cette cache n’aurait pas pu durer. Le militaire a assuré que cette cache « n’aurait pas pu échapper à des hommes s’ils étaient passés par là accompagnés de chiens pisteurs » .

L’adjudant a rappelé la stratégie mise en place pour retrouver le suspect qui était « de définir une zone de bouclage hermétique, où le fugitif s’était réfugié, et de contenir cette zone pour le maintenir à l’intérieur » . Une stratégie qui n’aurait pas permis au fugitif de sortir de sa cache sans se faire repérer.

>>> A lire aussi : Meurtrier des Cévennes : le profil très inquiétant de Valentin Marcone se dévoile

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.