Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Surprise funéraire : une femme déclarée morte respire

Publié par Killian Ravon le 23 Juin 2024 à 21:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Constance Glanz, une femme de 74 ans du Nebraska, a vécu une expérience unique : elle a été déclarée morte. Puis retrouvée en train de respirer quelques heures plus tard.

La suite après cette publicité

Cet évènement a bouleversé les esprits et soulevé de nombreuses questions sur la certitude des diagnostics de décès. Comment une pareille faute peut-elle se produire ? Quels sont les protocoles en place pour éviter de telles situations ? Cet article explore cette histoire incroyable et les implications plus larges de ces erreurs médicales.

white wooden fence on green grass field during daytime, des personnes survivent à la mort ou sont déclarés mortes par erreur

emile analyses Mort d’Émile : Ces nouvelles analyses en cours qui pourraient faire basculer l& […] Mort d’Émile : Ces nouvelles analyses en cours qui pourraient faire basculer l’enquête

La suite après cette publicité

Une surprise dans le funérarium

La suite après cette vidéo

Imaginez la scène : on déclare morte Constance Glanz dans une maison de retraite, puis on amène son corps dans un salon funéraire. Quelques heures plus tard, un employé découvre avec stupéfaction qu’elle respire encore. Après l’avoir rapidement réanimée, on la transporte à l’hôpital local où elle survit encore quelques heures avant que l’on la considère officiellement décédée pour la seconde fois.

Des cas similaires ont été rapportés dans le monde, illustrant les erreurs possibles dans la certification de décès. En Équateur, on a retrouvé vivante dans son cercueil une femme de 76 ans, victime d’un accident vasculaire cérébral, lorsqu’on a voulu lui changer ses vêtements. De même, on a découvert haletante une résidente de l’Iowa, initialement considérée comme morte, dans un sac funéraire peu après son transfert au funérarium. Ces incidents montrent que, malgré les avancées médicales, la définition de la mort reste un processus complexe et parfois faillible

La suite après cette publicité
funeral, priest, coffin, une personne potentiellement enterré vivante

Cache-cache mortel : une fillette de cinq ans tombe dans un puits Cache-cache mortel : une fillette de 5 ans tombe dans un puits et meurt Cache-cache mortel : une fillette de 5 ans tombe dans un puits et meurt

Les zones grises de la mort

La suite après cette publicité

Sa détermination repose sur l’arrêt des fonctions vitales telles que la respiration, le rythme cardiaque et la circulation sanguine. Cependant, ces critères ne sont pas infaillibles. Aujourd’hui, la majorité des neurologues s’accordent à dire que la mort cérébrale est le meilleur indicateur de la fin de vie biologique. Cette approche est devenue prépondérante. Notamment depuis l’adoption de l’Uniform Determination of Death Act aux États-Unis. Qui définit le décès comme l’arrêt irréversible des fonctions circulatoires et respiratoires, ou de toutes les fonctions cérébrales.

Pourtant, la mort reste une « zone grise », un concept entouré de débats entre médecins, philosophes et juristes depuis des millénaires. Historiquement, des pratiques comme la conclamatio romaine ou les cercueils de sécurité allemands du XIXe siècle étaient employées pour éviter les enterrements prématurés. Ces dispositifs, bien que rudimentaires, témoignent de la peur ancienne et persistante d’enterrer quelqu’un vivant.

Les cas de personnes déclarées mortes par erreur ne sont pas nouveaux. Déjà dans l’Antiquité, les Grecs et les Romains utilisaient diverses méthodes pour s’assurer qu’une personne était réellement décédée. Comme couper un doigt ou verser de l’eau chaude sur le corps. Au XIXe siècle, la peur d’être enterré vivant a conduit à l’invention des « cercueils de sécurité », équipés de dispositifs permettant à une personne enterrée vivante de signaler qu’elle était encore en vie.

La suite après cette publicité

Les implications éthiques et médicales

Les erreurs de certification de décès soulèvent des questions éthiques et médicales profondes. Comment gérer les patients en état de mort cérébrale prolongée qui continuent de présenter certaines fonctions corporelles ? Que faire des organes de ces patients ? Ces questions sont d’autant plus pressantes avec les avancées technologiques et les besoins en dons d’organes.

La suite après cette publicité

Le Dr Joseph Eble, président de la Guilde de Tulsa de la Catholic Medical Association, souligne l’importance d’une rigueur et d’une formation approfondies pour ceux qui prononcent les décès. Surtout dans des environnements comme les maisons de retraite où ces décisions peuvent devenir routinières. Il insiste sur la nécessité d’une grande humilité et d’une prudence extrême face à la mort.

La reconnaissance de la mort cérébrale comme indicateur principal de la fin de vie biologique a des implications importantes pour les dons d’organes. Les organes doivent être prélevés avant que le corps ne commence à se décomposer. Ce qui signifie que les procédures d’extraction sont souvent réalisées peu après la déclaration de mort cérébrale. Cela pose des questions éthiques sur le moment exact où une personne est considérée comme réellement morte et sur le respect dû aux patients en fin de vie.

L’histoire de Constance Glanz est un rappel frappant des incertitudes qui entourent le processus de certification de décès. Malgré les avancées médicales, la mort demeure une frontière floue entre la vie et l’au-delà. Cette zone grise exige des professionnels de santé. Une vigilance et une rigueur constantes pour éviter des erreurs aux conséquences potentiellement dramatiques. Cette histoire nous pousse à reconsidérer nos certitudes sur la mort et à reconnaitre la complexité inhérente à ce dernier acte de l’existence.

La suite après cette publicité

predictions 2024 Julie Poole (2) Une femme qui a vécu une expérience de mort imminente fait des prédictions inquiétant […] Une femme qui a vécu une expérience de mort imminente fait des prédictions inquiétantes sur 2024

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.