Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

« V*lée et exploitée » : une streameuse montre en direct qu’elle est victime de deepfake porn

Publié par Alicia Trotin le 10 Fév 2023 à 18:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La plateforme Twitch est encore au cœur d’un scandale, puisque la streameuse QTCinderella a été victime de deepfake p*rn, un montage p*rnographique. En plein live, la vidéaste va montrer à ses abonnés les auteurs de l’horrible trucage vidéo qui traine sur internet. Reconnu comme étant une terrible forme de cyberharcèlement.

Publicité

À lire aussi : Une streameuse se fait menacer de vi*l en live : la séquence choc (vidéo)

La streameuse QTCinderella

C’est en 2017 que le deepfake p*rn émerge sur internet. Ces montages vidéos transforment des vidéos, dont l’objectif est de mettre le visage d’une personne sur le corps d’un acteur ou d’une actrice X. La plupart du temps sans consentement, c’est un acte reconnu comme étant une forme de cyberharcèlement très violent.

Publicité

Une pratique abusive

Le 2 février, la jeune streameuse QTCinderella a fait un live sur Twitch pour parler ouvertement et sans tabou de l’affaire de deepfake p*rn dont elle était victime.

« Je suis tellement épuisée et je pense que vous devez savoir à quoi ressemble la douleur que cela engendre »

Publicité

La jeune femme habituée d’internet a expliqué qu’elle avait ressenti cela comme un abus se*uel et qu’il était important que les utilisateurs de la toile se rendent compte du mal que cela fait à la victime.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

« C’est à ça que ça ressemble de se sentir violée. C’est à ça que ça ressemble d’être exploitée, c’est à ça que ça ressemble de se voir nue, sans son consentement, sur tout Internet. C’est à ça que ça ressemble »

Publicité
Publicité
« La quantité de dysmorphie corporelle que j’ai vécue depuis que j’ai vu ces photos m’a ruiné. Ce n’est pas aussi simple que d’être « juste » vi*lé. C’est tellement plus que ça. »

À lire aussi : Une streameuse coréenne est victime de racisme au restaurant !

Un coupable dénoncé en direct

Publicité

Twitch est une grande plateforme où tout va très vite. Cette affaire de vidéos truquées a finalement été montée de toute pièce par un autre streamer. Il s’appelle Atrioc et on peut dire qu’il a fait un énorme loupé en plein direct. Alors qu’il était en stream, il a partagé son écran où l’onglet de deepfake porn était ouvert. Quelques secondes qui ont permis aux abonnés d’apercevoir le nom du site, pour ensuite récupérer les fausses vidéos de la streameuse.

Rapidement, les vidéos p*rnographiques ont généré beaucoup de trafic et ont été ainsi repartagé indéfiniment sur internet. Le jeune homme a reconnu avoir acheté deux deepfakes de QTCinderella, puis s’est excusé.

L’affaire devant la justice

Publicité

En effet, fatiguée de cette technologie et de ces actes irréparables, la jeune femme a décidé de mener l’affaire devant la justice. Une volonté à laquelle elle va devoir s’accrocher avec ferveur puisque c’est encore mal compris par les tribunaux. Invité du podcast Fear &, QTCinderella a pu se confier.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

« Les dommages sont irréparables. À la personne qui a créé ce site web, je vais vous faire un p*tain de procès. Je vous le promets, de toute mon âme, je vais vous faire un p*tain de procès. »

Publicité

Cette technologie n’est pas maitrisée. Bien souvent créées par des IA, les deepfakes concernent le plus souvent des personnalités célèbres, voire uniquement des femmes. Billie Eilish, Scarlett Johansson, Emma Watson, Enora Malagré, et certaines streameuses comme Sweet Anita ou Maya Higa ne diront pas le contraire. Les auteurs restant dans l’anonymat total sont le plus souvent impunis. La streameuse s’est énervée et a dénoncé cette avancée qui sexualise à l’extrême les femmes et particulièrement depuis quelques années, les femmes du milieu des jeux vidéos.

“J’e*merde Internet. J’em*erde Atroic pour avoir montré ces vidéos à des millers de personnes. J’em*erde les gens qui m’ont envoyé des photos de ce site en messages privés. J’e*merde l’exploitation et l’objectivation constantes des femmes. C’est terriblement épuisant. »

Publicité

À lire aussi : Deepfake porn : des milliers de femmes ont vu des photos d’elles nues se retrouver sur internet

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.