Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Famille

La photo de cette fillette de cinq ans, avant et après la Guerre en Ukraine, est terrifiante…

Publié par Camille Lepeintre le 03 Mai 2022 à 5:42
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est à se demander si la Guerre en Ukraine prendra fin un jour… En partant envahir l’Ukraine, les Russes ont décimé des familles entières. Si des orphelins ont récemment reçu la visite de Volodymyr Zelensky, l’histoire de cette petite fille de cinq ans est tout aussi tragique. En effet, cette dernière se trouve dans un état critique depuis son arrivée dans un camp de réfugiés polonais.

Fillette de cinq ans malade

Miraslava, victime à cinq ans de la Guerre en Ukraine

Après le viol de deux jeunes filles en Ukraine, âgées de 8 et 13 ans, une autre polémique voit le jour. Miraslava, jeune Ukrainienne de cinq ans, est tombée malade dans un camp de réfugiés polonais. En effet, sa maman, Anastasia, âgée de 28 ans, explique que la cause de sa maladie est due à son stress. Sa fille a commencé à avoir des crises d’épilepsie alors qu’elle craignait qu’elle ne souffre du « syndrome de stress post-traumatique » (SSPT). Le média britannique The Mirror a partagé non seulement le témoignage de la maman mais également deux photos de la petite fille, avant et après la Guerre en Ukraine. La transformation est radicale…

Sur l’une des photos on peut y voir la petite princesse se tenir fièrement à côté de son sapin de Noël. Sur l’autre, l’enfant est pâle et allongée dans un lit d’hôpital en Pologne. Le cas de « Mira » ne serait pas unique, de nombreuses familles de réfugiés souffrent de problèmes de santé mentale similaires. L’origine du stress proviendrait de l’attente trop longue de l’arrivée des visas britanniques. « Je suis allée à l’hôpital avec Mira samedi parce que j’étais tellement inquiète mais je pense que mes enfants vont récupérer quand nous quitterons cet endroit » , a expliqué Anastasia.

Un cauchemar qui n’est pas encore terminé…

Dans le cadre du programme gouvernemental « Homes for Ukraine » , Chris Katsis, une ancienne thérapeute de 67 ans, parraine la famille de Miraslava. Si dès lors, elle a reçu les visas nécessaires (leur demande ayant été faite le 22 mars dernier), un autre souci vient s’ajouter à leurs inquiétudes. Des allégations suggèrent que 29 réfugiés qui se sont présentés à l’ambassade britannique à Varsovie ont été refoulés sans papiers alors qu’on leur avait dit par e-mail qu’ils étaient prêts. « J’ai été terrifié et j’ai pensé que cette famille pourrait mourir en attendant » , a déclaré Chris Katsis. « Voir Anastasia lors d’une visioconférence, assise sur un lit en larmes, complètement désespérée et voir sa fille Mira si malade, c’est quelque chose que l’on ne veut jamais voir. Je sais que des gens sont morts dans ces camps, ce retard coûte des vies » , dénonce-t-elle.

Si la Croix-Rouge, dont un bâtiment a été bombardé en Ukraine, appelle le gouvernement britannique à « arrêter temporairement le besoin de visas pour ceux qui fuient l’Ukraine » , un porte-parole du gouvernement dément l’inefficacité du processus. « Nous avons lancé l’un des programmes de visas les plus rapides et les plus importants de l’histoire du Royaume-Uni. En seulement six semaines, près de 72 000 visas ont été délivrés pour que les Ukrainiens puissent vivre et travailler au Royaume-Uni » , s’est-il défendu. Dès lors, on espère que Miraslava se rétablira rapidement.

0