Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

« Je préfère les chèvres aux femmes » : Un homme filmé en train de violer une chèvre qu’il estimait consentante

Publié par Lou Tabarin le 19 Mai 2022 à 19:20

Les gendarmes de Fontainebleau ont arrêté un homme pour le vol d’une chèvre le lundi 16 mai. En garde à vue, il a avoué avoir eu des relations sexuelles avec l’animal. Il devra répondre de ses actes devant la justice en novembre.

Chèvre

Les caméras de surveillance filment l’acte barbare

Comment un vol d’animal peut-il tourner au cauchemar ? Le 11 mai, la propriétaire d’une exploitation de chèvres de Seine-et-Marne constate qu’il lui en manque une. En visionnant les caméras de surveillance, elle parvient à identifier les visages de deux voleurs. Mais ce n’est pas tout…

La République de Seine-et-Marne décrit l’horreur de la scène qui suit le vol. L’un des deux individus se masturbe puis pénètre la chèvre. Le viol aurait duré plusieurs minutes, avant qu’il n’abandonne le pauvre animal dans un bois.

Les deux individus ont été interpellés par les gendarmes. L’un d’entre eux a été disculpé, mais l’autre a été entendu. Il s’agit d’un homme de 26 ans, résidant à Nemours et inconnu des services de police. Il confirme qu’il est bien rentré par effraction dans le box de la chèvre dans la nuit du 10 au 11 mai, après une soirée arrosée, et assume sa zoophilie.

« Je préfère les chèvres aux femmes »

L’homme a reconnu les faits, en détaillant le terrible sort réservé à la chèvre après ce vol. Il explique qu’il a eu des relations sexuelles avec la chèvre car il « préfère les chèvres aux femmes » . Il assure même que l’animal était consentant car il l’aurait léché.

La chèvre a été retrouvée mal-en-point au bord d’une route par sa propriétaire. Conduite en urgence chez le vétérinaire, elle présente des lésions génitales. Le parquet de Fontainebleau s’est saisi de l’affaire et a ordonné que des prélèvements soient effectués.

Il sera jugé le 3 novembre prochain au tribunal de Fontainebleau. D’après Le Parisien, il risque jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende pour vol, sévices graves et cruauté envers un animal.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Les vidéos du jour à ne pas manquer
0