Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Comment s’appelle la peur du vendredi 13 ?

Publié par Céline le 13 Mai 2022 à 17:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors que beaucoup se demandent si l’éléphant a véritablement peur des souris., Ce vendredi 13 mai engendre beaucoup de crainte chez certaines personnes !

En effet, quelques individus mettent leur vie en pause ce jour-là, car elles l’associent à la malchance. Une phobie qui a un nom extrêmement compliqué à prononcer : la paraskevidékatriaphobie.

Comment s'appelle la peur du vendredi 13 ?

Avez-vous également peur du vendredi 13 ?

« C’est vendredi 13, je vais être parano toute la journée » , « Aujourd’hui, vendredi 13… J’ai peur de ce qui va m’arriver » , peut-on lire en ce jour de mai sur le réseau social Twitter.

En effet, aussi surprenant que cela puisse paraitre, la phobie de ce jour a un nom : la paraskevidékatriaphobie. Pour pouvoir décortiquer le mot, il est nécessaire de prendre le grec moderne Παρασκευή (paraskevi), qui signifie « vendredi », et δεκατρείς (decatreis) qui veut dire « treize » . Ainsi que φόϐος (phóbos), pour le mot « peur ». Plus largement, si vous avez peur du nombre 13 en général, il s’agit plutôt de la triskaïdékaphobie. D’ailleurs, à ce sujet, saviez-vous que chez certaines compagnies aériennes, la rangée 13 n’existe pas ?

43% des jeunes accordent de l’importance au nombre 13 !

Ne pas passer sous une échelle, ne pas croiser un chat noir, ni casser un miroir, Evelyne Keller, auteur, a souhaité répertorier un grand nombre de croyances sur ce qui porte malheur ou non dans son livre 301 superstitions. L’occasion de s’apercevoir que le vendredi 13 comme étant un jour de malchance est largement répandu à travers le monde. Même si finalement en Asie du sud-est, il s’agit plutôt du chiffre 4, et en Italie le nombre 17.

D’après une étude réalisée par l’IFOP pour le site de voyance Esteban Frédéric à l’occasion du vendredi 13 mai, il s’avère que plus de six Français sur dix croient à au moins une superstition. 43% des jeunes âgés de 25 à 34 ans accordent d’ailleurs de l’importance au chiffre 13.

Evelyne Keller dévoile, par ailleurs, que même les personnes qui ne se disent pas superstitieuses ont régulièrement le besoin de toucher du bois ou bien encore de retourner le pain s’il est à l’envers. Et généralement, on estime que le vendredi 13 porte malheur, beaucoup de personnes pensent également l’inverse.

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0