Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« La vie s’est arrêtée » : Diane et Xavier ont failli perdre leurs enfants, ils racontent leur combat face aux services sociaux (vidéo)

Publié par Romane TARDY le 29 Jan 2023 à 9:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Diane Wattrelos est connue sur Instagram notamment pour partager autour de son handicap, l’algie vasculaire de la face. Aujourd’hui, elle est revenue auprès du TDN pour aborder un tout autre sujet. Accompagnée de son mari Xavier, ils ont souhaité témoigner d’une horrible expérience lors de laquelle le couple a eu très peur de perdre ses enfants. Découvrez leur interview exclusive dans la vidéo ci-dessous.

Publicité

À lire aussi : « Je suis un monstre, je ne mérite pas de vivre » : Abigaïl nous parle sans complexe du trouble de la personnalité borderline (vidéo)

Une lettre accusatrice provoquant la visite des services sociaux

Diane Wattrelos se bat depuis des années contre une terrible maladie : l’algie vasculaire de la face. Elle l’a décrit comme la « maladie du suicide » . Lors d’une crise, la douleur est telle qu’elle la compare à « un tournevis enfoncé dans l’oeil » .

Publicité

La jeune maman, qui se bat au quotidien, a réussi à se construire une belle vie de famille auprès de Xavier. Pourtant atteinte d’endométriose, ils sont les heureux parents de deux enfants et libèrent aujourd’hui la parole sur le handicap à travers les réseaux sociaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Diane Wattrelos (@les_maux_en_couleurs)

Publicité

Après avoir dû faire face à une tentative d’enlèvement sur leur fille, Diane et Xavier ont dû traverser une nouvelle épreuve très difficile récemment. En effet, une femme a envoyé une lettre à la CRIP (Cellule Départementale de Recueil des Informations Préoccupantes) dans laquelle elle les accusait d’être de mauvais parents avec leurs enfants, Raphaël 5 ans et Capucine 2 ans.

Cette abonnée de Diane sur les réseaux sociaux a décrit dans sa lettre « la journée type selon elle » que le couple passe avec ses enfants. Suite à cette description, la personne s’est permis de juger le quotidien de la famille. Manque de temps avec les enfants, biberon servi au lit, surexposition sur les réseaux sociaux, elle multiplie les exemples qui, selon elle, sont la preuve d’une mauvaise éducation.

Publicité

Diane et Xavier sont sidérés en découvrant la lettre, sachant que, comme ils le précisent bien, cette personne « n’a vu que quelques minutes de vie » partagées sur les réseaux sociaux . La lettre a été prise en compte par la CRIP entrainant ainsi la visite des services sociaux au sein du foyer. Si le couple a fait preuve de transparence et d’honnêteté avec les agents sociaux, ils ont trouvé cette entrevue « très intrusive » .

Envoyé devant le tribunal, le couple craint de perdre ses enfants

Malgré cette visite qui semblait s’être plutôt bien passée, les services sociaux ont décidé d’envoyer le couple devant la justice. Une annonce qui a anéanti les jeunes parents : « On est tombé par terre » , « La vie s’est arrêtée » . Diane a particulièrement culpabilisé à cause de sa maladie, les services sociaux lui reprochant notamment d’être rasée devant ses enfants. La jeune maman ne savait plus quoi faire : « C’était un enfer ! Comment se défendre d’être malade » .

Publicité

Finalement, après une audience où le fils du couple a dû être présent, la juge a conclu sur un non-lieu. Une victoire pour Diane, une non-défaite pour Xavier. Le couple estime en effet que les services sociaux auraient dû faire la part des choses. Pour eux, ils se sont plutôt comportés comme « les bras armés des haters » .

À lire aussi : « À quoi bon vivre, autant crever ! » : Jaël a complètement perdu la mémoire, elle se livre dans un témoignage bouleversant ! (vidéo)

Une expérience traumatisante

Publicité

Aujourd’hui, le couple est encore sonné. « J’ai peur de tout, j’ai peur que quand il est à l’école on me le prenne » , a avoué Diane. Ils ont l’impression que cette affaire leur a enlevé leur sentiment de sécurité de parents.

En témoignant, le couple a souhaité faire passer plusieurs messages. Par rapport aux handicaps, Diane a affirmé : « Je dirai à toutes les personnes qui ont un handicap et qui se disent que peut-être ça peut les empêcher d’être parents, que ça ne doit pas les empêcher d’être parents, ou du moins ce n’est pas ça qui doit être un frein » . Xavier a tenu à partager un autre message concernant la haine et la délation sur les réseaux sociaux : « Si vous ne cautionnez pas, si vous n’appréciez pas, si ce n’est pas dans vos valeurs, on ne vous retient pas, vous ne suivez pas, vous ne regardez pas (…) On ne peut pas s’acharner sur quelqu’un, c’est du harcèlement » .

Aujourd’hui, Diane et Xavier continuent de partager leur quotidien et leurs messages sur les réseaux sociaux, mais ils sont encore plus vigilants qu’avant sur leurs posts.

Publicité
@lesmauxencouleurs Peut-être interdire plutôt à toutes ces personnes disant des choses si débiles de se reproduire 🤦🏻‍♀️ – #maladiechronique #maladiechronique ♬ son original – Diane Wattrelos

À lire aussi : « J’avais l’impression de transmettre la mort » : Andréa, séropositive et militante anti-VIH (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN