Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Interviews

« J’ai décidé de devenir humoriste chinois » : Le pari fou de Patrick Veisselier, dit Patrick Le Chinois (vidéo)

Publié par Victor Adan Vergara le 23 Avr 2023 à 15:42
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

D’un jour à l’autre, Patrick Veisselier, humoriste français, décide d’aller faire rire les Chinois de l’autre côté du monde. Problème, il ne parle pas un mot de mandarin... Il se lance quand même le pari. Découvrez son interview exclusive dans la vidéo ci-dessous :

La suite après cette publicité

À lire aussi : « C’est presque un atout de devenir une femme transgenre » : Le témoignage d’Aëla Chanel, candidate transgenre à Miss France (vidéo)

Tout cela part d’un pari…

Patrick Veisselier se présente comme un « Français moyen moins, bourré de plein de clichés » . Cela fait des années qu’il joue dans des one-man-show et des pièces de théâtre. Et pourtant, c’est une seule soirée qui va totalement changer sa vie.

La suite après cette publicité

C’est lors d’une soirée en 2014 qu’un de ses amis lui balance : « C’est marrant, la France est un tout petit pays et il y a 20 000 humoristes. En Chine, on est 1 milliard et il y en a pas » . Alors Patrick Veisselier se dit : « Tiens, il y a une non-concurrence » .

Pour la blague, il se lance le défi de devenir humoriste chinois. Patrick Le Chinois.

Patrick veisselier chinois chine humour blague france humoriste voyage monde
La suite après cette publicité

Il se met donc tout de suite au travail et écrit un spectacle. Un spectacle qu’il a voulu faire valider à des Chinois pour savoir si cela était compréhensible pour le public. Quand tout est bon, il fait alors traduire en audio son spectacle par un comédien chinois.

À lire aussi : « Ils veulent essayer de me faire taire » : Un voyageur du futur de 2054 nous fait d’inquiétantes prédictions (vidéo)

La validation du spectacle et le problème de la langue

La suite après cette publicité

Quand tout est écrit, il reste encore une grosse étape : La validation par le gouvernement chinois. En effet, l’humoriste le souligne : « Là-bas, ce sont des salles d’État. Donc si vous n’avez pas la validation, vous ne jouez tout simplement pas » .

C’est de la censure alors ? Pour lui, pas vraiment : « Ce n’est pas de la censure à proprement parler, mais ils vous conseillent de manière un peu insistante d’enlever » .

Le spectacle finit par être validé et Patrick Le Chinois va pouvoir performer sur les scènes chinoises. Sauf que… Il ne parle pas un mot de la langue. Il apprend alors de façon mécanique une heure de spectacle. En tout, 300 phrases que l’humoriste va réciter.

La suite après cette publicité

Amusé, il se souvient : « Sur les premières représentations de mon spectacle, je commençais à dire mon spectacle, mais au bout de 20 minutes, je me rappelais plus à quoi ça correspondait en français » .

Patrick veisselier chinois chine humour blague france humoriste voyage monde

A plusieurs reprises, il s’est retrouvé dans des situations compliquées. Une fois, dans un taxi, il s’entraînait à réciter son spectacle. Le taxi, content de voir qu’un Français parle chinois, lui a répondu. Pour Patrick Veisselier, impossible de lui répondre. Il a rigolé : « Je suis passé de super héros à connard très rapidement » .

La suite après cette publicité

Quand il est là-bas, il fait salle pleine. Il souligne que les gens ne venaient pas forcément pour l’humour, mais plutôt pour l’expérience de voir un Français se « dépatouiller«  dans leur langue pendant une heure. Ce spectacle, au final, il l’a joué une centaine de fois.

« On peut se demander pourquoi j’ai fait tout ça, parce qu’au final, je ne suis pas Gad Elmaleh. Mais ça m’a donné une ouverture d’esprit et une ouverture vers le monde » .

Partrick Veisselier
La suite après cette publicité

L’humour à la chinoise

En Chine, l’humour est très différent. Et ça, Patrick Veisselier l’a très vite remarqué. Là-bas, certains ressorts comiques ne fonctionnent pas. À l’image du second degré. Les Chinois ont du mal à comprendre cela. Le quatrième mur, le fait de parler à un personnage imaginaire, cela ne marche pas non plus dans l’Empire du Milieu. Il souligne : « Tu fais ça là-bas, le public se retourne » .

La vulgarité n’est pas la tasse de thé des Chinois non plus. Et bien sûr, il est impossible, vu qu’ils jouent dans des salles d’État, pour les humoristes chinois de faire des blagues politiques. Se moquer du président, même pas en rêve ! Pour Patrick Veisselier : « On peut vraiment tout dire en France » .

La suite après cette publicité
Patrick veisselier chinois chine humour blague france humoriste voyage monde

Là-bas, le principal de l’humour se fait sur des jeux de mots ou des accents de campagne. En arrivant en Chine, Patrick Veisselier n’était pas sûr de faire rigoler le public. Au début, ce qu’il voulait, c’était faire rigoler ses amis dans la salle. Au final, au-delà de la blague, il est arrivé à un vrai échange avec le public chinois.

Sa seconde vie en Chine

La suite après cette publicité

Brad Pitt a été banni de la Chine pendant 20 ans. Patrick Veisselier là-bas, c’est une superstar ! « Quand j’arrive en Chine, en avion, c’est la police qui m’attend et qui m’escorte comme si j’étais Alain Delon » . Une popularité et un traitement qui diffèrent beaucoup de quand il est dans l’Hexagone.

En Chine, il se rappelle avoir été « une vraie curiosité » dans les petites villes. Nombreux étaient les Chinois qui l’arrêtait parce qu’il a les yeux bleus et une barbe.

« J’ai fait des centaines de photos en portant des enfants parce que ça porte chance » .

La suite après cette publicité
Patrick Veisselier

Au cours de sa vie, Patrick Veisselier en a fait des pays. Il en compte 50. Il pense pouvoir le dire : « La France est le plus beau pays du monde » .

Cependant, il trouve quelques gros défauts aux Français, qu’il juge trop « privilégiés » . Pour lui, en France, « c’est la morosité permanente » . Il se désole : « Quand je reviens de deux mois à l’étranger et que je mets ma radio, j’ai envie de repartir tout de suite » . Selon lui, s’il y a bien une chose que les Français devrait apprendre des Chinois, c’est d’avoir un peu moins le melon et d’être moins donneurs de leçons.

La suite après cette publicité

À lire aussi : « Si on offre la guerre, il vous rendra la guerre » : maltraitance animale, attaques de chiens, des experts canins expliquent l’explosion de ces phénomènes (vidéo)