Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Bernard Tapie : ses dernières révélations sur sa vie

Publié par Deborah le 13 Juin 2021 à 12:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Bernard Tapie se bat contre son cancer et contre la justice. Il lutte pour sa défense dans l’affaire du Crédit Lyonnais. À 78 ans, l’ancien président de l’Olympique de Marseille ne semble pas vouloir prendre sa retraite. Dans un livre intitulé « Bernard Tapie. Leçons de vie, de mort et d’amour », il se confie à Franz-Olivier Giesbert et revient sur les moments clés de sa vie.

bernard tapie

>>> A lire aussi : Alerte : Bernard Tapie : la lourde annonce qui vient de tomber…

Une vie, mille vies

Dans cet ouvrage retraçant la vie de Tapie, il est question de politique, d’argent, d’agressions, de sa maladie ou encore de ses chiens. Ainsi, on apprend que ce combattant vit des heures difficiles. Atteint d’un double cancer de l’oesophage et de l’estomac, l’état de santé de Bernard Tapie ne semble pas s’améliorer. Pour autant, Tapie ne souhaite pas prendre d’antidouleurs et s’« abandonner aux médicaments. » explique-t-il dans les colonnes de Paris Match.

En plein procès dans l’affaire d’arbitrage du Crédit Lyonnais, la défense de l’ancien député européen avait d’ailleurs déposé une demande de report à cause de l’aggravation de son état de santé. Celle-ci fut rejetée. Bernard Tapie ne s‘avoue pas vaincu. Il lutte aux côtés de ses chiens. Avec Dominique, ils auraient eu en tout, au moins 50 chiens. « Ils sont tous enterrés dans le jardin de Combs-la-Ville. Avec une tombe et leur nom dessus. Évidemment, il y en a qui nous ont plus marqué que les autres. » Ce fut le cas de Boboy. Bernard Tapie explique qu’il va se recueillir sur sa tombe chaque week-end.

Ses démêlés avec la justice

L’affaire du Crédit Lyonnais. Il en parle comme le « combat d’une vie. » Et pour cause, cette affaire qui a débuté en 1992, l’a profondément impacté. Il révèle à Franz-Olivier Giesbert qu’avec sa femme, ils ont vécu durant neuf ans sans mobilier dans leur maison. En effet, ses meubles avaient été saisis par le Credit lyonnais. Finalement, ils ont choisi de ne pas chercher à les récupérer craignant un autre tournant judiciaire. « Si on perd le procès et qu’il faut les rendre, ça va être chiant.«  ont estimé les deux conjoints.

Des élites corrompues qui ne souhaitent pas le bonheur des autres

Dans les colonnes de Paris Match, Bernard Tapie révèle son « dégoût » profond pour les classes dirigeantes. « Nos prétendues « élites » ne sont pas seulement nulles et pourries, elles veulent tout pour elles et rien pour les autres, même pas des miettes. » explique-t-il.

L’ancien président de l’OM avoue qu’il n’a jamais fait d’efforts pour dissimuler sa richesse et se mélanger au monde des affaires, du foot ou encore de la politique. Ainsi, il précise : « Je me suis presque toujours refusé à fréquenter les milieux dans lesquels je travaillais, ça me gonflait. »

De ce fait, selon lui, il n’a pas le droit de se plaindre car il n’a jamais caché son bonheur. Conséquence, « Quand on ne respecte pas l’adage national : « Pour vivre heureux, vivons cachés », on s’expose à toutes sortes de vilenies. » affirme-t-il.

>>> A lire aussi : Bernard Tapie au plus mal son état de santé se dégrade fortement après une nouvelle opération

Le couple Tapie violemment agressé et ligoté

Bernard Tapie est revenu sur la violente agression dont ils ont été victimes avec sa femme, en avril 2021. Alors qu’ils dorment paisiblement sont dans leur maison à Combs-la-Ville, le couple Tapie est réveillé par quatre « racailles » selon le terme employé par Bernard Tapie lui-même. Ils seront ligotés et frappés. « Ils étaient prêts à nous tuer et on est vivants. Ce sont les derniers clous de ma croix. Maintenant je peux entamer ma résurrection ! » a-t-il confié.

Aujourd’hui encore, il semble furieux et traumatisé par la brutalité utilisée à l’encontre de sa femme, Dominique. Il dépeint une détérioration de notre société : « Ça commence à l’école. Avant, quand tu étais petit et que tu chahutais en cours, tu te prenais une beigne du prof et le soir, quand tu rentrais à la maison, bim, ta mère remettait ça. Aujourd’hui, tout le monde est une victime. Même les salauds ! »

Bernard Tapie affronte de face tous les maux et les difficultés de sa vie. « Qu’il s’agisse de mon cancer ou de mes démêlés avec la justice, ma vie se déroule comme dans un film de guerre. » conclut-il. 

>>> A lire aussi : Alerte : Bernard Tapie tabassé à son domicile, son épouse hospitalisée