Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Marianne James : Elle révèle pour la première fois avoir eu recours à l’avortement

Publié par Gabrielle Nourry le 05 Sep 2022 à 8:23

Ce vendredi 2 septembre, Marianne James a fait des confidences inédites dans les colonnes de Voici. À travers cette interview, la chanteuse de 60 ans a fait des révélations bouleversantes au sujet de son avortement.

Marianne James favorable au droit à l’avortement

Alors que le droit à l’avortement est remis en cause dans certains États aux États-Unis, Marianne James a pris position à ce sujet. Celle qui fait son retour sur scène avec un nouveau spectacle « Tout est dans la voix » a fait de bouleversantes confidences dans le magazine Voici du 2 septembre.

marianne james

Pour elle, l’avortement ne devrait pas être remis en question. « Je suis ulcérée. C’est un retour en arrière religieux, et je dis ça alors que je suis croyante. Il ne faut plus jamais sur la terre que les sociétés civiles soient dirigées par des religieux. Ils acceptent que des gosses de 7 ans soient massacrés par un ado fragile surarmé, mais ils condamnent l’avortement… » a-t-elle lancé.

Si ce sujet touche autant Marianne James, c’est parce qu’elle a elle-même eu recours à l’avortement plus jeune. Mais c’est la première fois que la jurée de La Nouvelle Star évoque cet événement de sa vie.

La chanteuse révèle avoir déjà avorté

« Moi je me suis fait avorter » a fait savoir Marianne James pour qui la religion ne devrait pas dicter le droit à l’avortement. « J’ai la foi, et pourtant je l’assume » a conclu celle qui est à la fois chanteuse, actrice mais aussi animatrice.

Si Marianne James a parlé pour la première fois son IVG, elle avait déjà évoqué son rapport à la maternité en 2019 pour Télé Loisirs. « À 17-18 ans, j’ai su que je ne voulais pas avoir d’enfant » expliquait-elle.

Aujourd’hui âgée de 60 ans, Marianne James est toujours une femme libre et indépendante comme elle l’a toujours voulu. « À l’époque, moins aujourd’hui, ce qui m’importait le plus, c’est ma liberté. Je suis suffisamment égocentrée pour être l’unique format, je ne souhaitais pas me reproduire. Ma sacro-sainte liberté aurait été sérieusement amputée si j’avais eu des enfants« .

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.