Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

« Je dirai d’annuler Noël et la Saint Sylvestre sans hésiter » : la crainte d’une troisième vague après les fêtes grandit ! (vidéo)

Publié par Elodie GD le 10 Nov 2020 à 10:55
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce mardi sur BFMTV, le directeur de crise de l’hôpital privé d’Antony a appelé à « annuler Noël et la Saint Sylvestre ». Il estime que les fêtes de fin d’année pourraient être à l’origine d’une potentielle troisième vague.

La suite après cette publicité

A lire aussi: « Le père Noël ce sera par Skype »: La crainte pour les fêtes de fin d’année monte d’un cran !

Les fêtes de fin d’année menacées?

La suite après cette publicité

Alors que le pays traverse actuellement la deuxième vague de l’épidémie, Emmanuel Macron a pris la décision il y a bientôt deux semaines de reconfiner la population. S’il est moins strict que le premier, il a toujours pour objectif de ralentir la progression du virus. Pour l’heure, il est prévu qu’il dure jusqu’au 1er décembre prochain. Mais il se pourrait que de nouvelles annonces changent totalement le cours de ce deuxième confinement.

Interrogé sur BFMTV, Julien Langlet, le directeur de crise de l’hôpital d’Antony (Hauts-de-Seine) s’est montré très peu rassurant concernant les semaines à venir. En effet, nombreux sont ceux qui espèrent pouvoir célébrer les fêtes de fin d’année après cette période de confinement. Mais lui n’est pas de cet avis: il craint une troisième vague du virus suite aux fêtes de Noël et de la Saint Sylvestre.

Une troisième vague en perspective?

La suite après cette publicité

« Moi, si je devais avoir un avis purement scientifique et rationnel, je dirais d’annuler Noël et la Saint-Sylvestre sans hésiter«  , a déclaré l’hématologue au micro de BFMTV. Pour lui, les réunions familiales donneront lieu à la création d’un « cluster national géant » qui pourra être à l’origine d’une « potentielle troisième vague ».

Bien qu’il ait un avis très tranché concernant la question, il reconnaît tout de même que la discipline collective pourrait ne pas être au rendez-vous. « Quand j’en parle à mes patients, j’ai en certains sous chimiothérapie donc ils sont à très haut risque de faire une forme grave du Covid… ils me répondent de façon assez nette qu’il en est hors de question » , a-t-il expliqué.

A lire aussi: Fêtes de Noël annulées ? La peur grandit chez les Français

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.