Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Chloroquine : une impressionnante file d’attente devant l’institut du professeur Didier Raoult (Vidéo)

Publié par Manon CAPELLE le 23 Mar 2020 à 22:00

L’infectiologue Didier Raoult prône la chloroquine pour vaincre le coronavirus. Ce lundi matin, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, une centaine de patients attendaient devant l’institut où il travaille afin de passer des tests de dépistage.

>>> À lire aussi : Coronavirus : un médecin prévoit l’infection totale des services de réanimation ! (Vidéo)

La chloroquine : un « espoir de traitement »

Le professeur Didier Raoult est reconnu mondialement comme un cador des maladies infectieuses. Cet infectiologue voit en la chloroquine, un « espoir de traitement » contre le nouveau coronavirus.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, une centaine de patients se sont rendus devant l’IHU, institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection où travaille ce professeur.

Respectant les distances de sécurité, ces femmes et hommes attendent patiemment armés de masques de protection. Tous ces Marseillais sont venus demander des tests de dépistage. Ces files d’attente ne sont pas apparues du jour au lendemain. En effet, depuis plusieurs jours, il est possible de se faire tester directement à cet IHU et de se faire prescrire un traitement à base de chloroquine.

>>> À lire aussi : Les stocks de chloroquine de la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris ont-ils été pillés ?

Un traitement qui donne espoir aux Français

Gérald Kierzek, médecin généraliste, saisit parfaitement l’espoir que représente la chloroquine pour les Français. « Nous ne sommes pas sur des médicaments qui sont de nouvelles molécules. On connaît déjà la chloroquine et l’azithromycine, cette association de l’antipaludien et l’antibiotique. » Cependant, il admet l’importance de mesurer l’enthousiasme sur « ce traitement qui se fait à la va-vite sur de larges échelles même si l’équipe du professeur Raoult est sérieuse. »

Aussi, il indique : « À Marseille, les médecins ont annoncé qu’ils traiteraient directement les malades et ils les traiteraient dans le cadre de leur propre protocole, indépendamment des autorisations des autorités de santé. »

Les médecins signataires de l’IHU ont estimé que « conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin. Nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d’une maladie. »

>>> À lire aussi : Coronavirus : un anesthésiste canadien réussit à utiliser un respirateur pour neuf personnes

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.