Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Confinement : Emmanuel Macron prêt à annoncer un changement radical ?

Publié par Lucie B le 07 Nov 2020 à 11:25
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’était une option qu’avait brièvement abordée le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, lors de son allocution du 28 octobre. La piste d’un confinement des personnes vulnérables est à l’étude.

À lire aussi : Covid-19 : dans la tourmente, Didier Raoult prend une décision radicale !

Une piste envisagée

Lors de son allocution du 28 octobre, Emmanuel Macron avait qualifié la possibilité d’un confinement des personnes vulnérables comme étant « pertinente » mais « pas suffisante » au vu de la situation épidémiologique. « Créer une forme de bulle autour d’une génération, de certaines personnes, comme une barrière entre les générations, n’est pas réaliste et à ce stade insuffisant » . Aujourd’hui, la France va bientôt dépasser la barre des 40 000 morts.

D’après l’entourage du président de la République, la piste de ce type de confinement est à l’étude. « On travaille dessus, si l’épidémie réduit ». Il est donc probable que cette idée de confinement pour les personnes vulnérables uniquement revienne sur la table des propositions, pour un déconfinement. Ce n’est donc aucunement la priorité du gouvernement actuellement.

Des divisions dans la majorité

Pourtant, même si elle n’est, pour l’heure, pas envisagée par le gouvernement, cette proposition divise au sein même de la majorité. Un ministre déclare « à titre personnel, je suis prêt à prendre un risque sanitaire plus fort pour maintenir plus de vie ». À l’inverse, pour le ministère de la Santé, une telle idée n’est pas souhaitable. « Le seul isolement des personnes vulnérables n’est pas une solution. Cela serait penser que nous sommes capables de rendre complètement étanches les générations, et que les jeunes ne sont pas touchés par la maladie » .

Ce confinement des personnes vulnérables poserait également une problématique éthique. En effet, cette mesure créerait des sous-catégories de citoyens, ce qui révulse certains cadres d’En Marche. Si une telle mesure est appliquée, le Conseil scientifique estime que 22 millions de français seraient concernés.

Source : Le Monde

À lire aussi : “Le père Noël ce sera par Skype”: La crainte pour les fêtes de fin d’année monte d’un cran !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER