Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Covid-19 : La grande majorité des infections n’auraient pas été identifiées en France !

Publié par Colin le 22 Déc 2020 à 19:15
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une étude publiée dans la revue Nature démontre la faible efficacité de la politique de dépistage du gouvernement pour le Covid-19 après le premier confinement.

test-covid-19

A lire aussi : Covid-19 : Le vaccin inefficace sur la mutation du virus ?  

La capacité de test Covid-19 inefficace en France selon l’étude

A la sortie du premier confinement en mai, la stratégie était claire : Tester, isoler, tracer. Pour faire face à l’épidémie de Covid-19 en France, le gouvernement a mis cette politique en place pour détecter le plus de personnes infectées possibles. Cependant, une étude de chercheurs publiée dans Nature estime que 9 cas de personnes symptomatiques du Covid-19 sur 10 n’ont pas été repérés. L’étude a duré du 11 mai au 28 juin. Pendant sept semaines, la capacité du gouvernement à tester sa population « est restée insuffisante, même aux faibles niveaux de circulation virale atteints après ce confinement » , affirme les chercheurs.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

L’étude estime, à l’aide de modèles mathématiques, le nombre de cas symptomatiques de Covid-19 apparus en France pendant la période étudiée. Du 11 mai au 28 juin 2020, l’étude a estimé que 104 000 infections symptomatiques au Covid-19 ont eu lieu. Un résultat troublant puisque sur cette période seuls 14 000 cas ont été enregistrés. De plus, 31% des personnes présentant des symptômes ont consulté un médecin.

Un résultat sous estimé

Les auteurs de l’étude considèrent que la stratégie tester, isoler, tracer doit être améliorée. Les chercheurs de l’Institut français de recherche dénoncent la défaillance du système de surveillance qui traduit « une sous-détection des cas de Covid-19 en France qui menace la lutte contre l’épidémie » . L’étude concerne uniquement les personnes symptomatiques.

Selon Jeffrey Shaman de l’École de santé publique Mailman de l’Université de Columbia (New York), si on inclut à l’étude les personnes asymptomatiques « seule une infection au Sars-CoV-2 sur douze a été identifiée, pendant la période de l’étude » . Les résultats de l’étude suggèrent que la plupart des infections de Covid-19 n’ont pas été repérées pendant les sept semaines qui ont suivi le confinement.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

A lire aussi : Covid-19 : On connaît la date de la troisième vague ! 

Source : Le Parisien