Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Ce composant présent dans le jambon nuit gravement à votre santé

Publié par Manon CAPELLE le 10 Juil 2020 à 13:32
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’association 60 millions de consommateurs a pointé du doigt les techniques utilisés par les industriels pour continuer à utiliser du nitrite de sodium dans les paquets de jambon, sans mentionner ce composant sur les étiquettes.

La suite après cette publicité
jambon nitrite de sodium

>>> À lire aussi : Salade César : la recette facile d’une véritable institution

Le nitrite de sodium présent dans le jambon

La suite après cette vidéo

Pour bien choisir son jambon, vous savez peut-être qu’il faut éviter le nitrite de sodium (E250). Cette particule a la caractéristique de donner la couleur rose qu’elle donne au jambon. Toutefois, ce composant a mauvaise réputation.

La suite après cette publicité

Le nitrite, lorsqu’il se décompose dans la viande, produit des composants nocives notamment responsables de l’apparition et du développement de tumeurs. Désormais, les industriels s’adaptent en proposant des formules annotées « sans nitrite ».

« Certains fabricants ont trouvé une astuce pour continuer à vendre des charcuteries nitrées sans que le consommateur s’en aperçoive. Le nitrite reste dans la recette… mais disparaît des étiquettes« , dénonce Guillaume Coudray, appartenant à 60 millions de consommateurs.

>>> À lire aussi : Pour décrocher le poste de chef cuisinier, cet homme est allé très loin et a dérapé !

La suite après cette publicité

Les industriels cachent leur présence

Désormais, les industriels utilisent du nitrate d’origine végétale. Ce composant est obtenu en faisant « pousser des légumes sous serre ». Il s’agit en réalité d’un subterfuge : « Il suffit alors de faire fermenter ce nitrate grâce à des bactéries : on obtient du nitrite. »

De ce fait, il est expliqué : « Il permet d’employer une matière première de moindre qualité, il allonge la durée de conservation et peut autoriser des écarts d’hygiène lors de la fabrication, tout en évitant le botulisme ».

La suite après cette publicité

Ainsi, les industriels, grâce à cette méthode peu orthodoxe, arrivent à leur fin et trompent aisément les consommateurs. Ces derniers mettent donc leur santé en péril dû à la consommation du nitrite de sodium.

>>> À lire aussi : Tarte aux fraises à la crème de mascarpone : un dessert terriblement gourmand et facile à réaliser !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.