Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Omicron serait « une autre forme d’épidémie », selon Karine Lacombe

Publié par Justine le 20 Jan 2022 à 12:02

L’infectiologue Karine Lacombe a été interrogée sur le variant Omicron et la suite des événements en France. Elle nous en dit plus sur cette nouvelle mutation de Covid-19 et fait le point sur la situation actuelle.

Omicron Karine Lacombe

>>> À lire aussi : « Omicron furtif » : Que sait-on sur ce nouveau variant qui pourrait relancer la 5e vague ?

Omicron serait « une autre forme de l’épidémie »

Le média spécialisé sur les publications universitaires, The Conversation, a interviewé l’infectiologue Karine Lacombe à propos du variant Omicron. L’infectiologue remarque l’arrivée d’« une espèce de sixième vague venant chevaucher la précédente » depuis mi-décembre. Cette nouvelle avalanche de cas positifs n’a pas donné lieu à une hausse des hospitalisations liée à Omicron, mais bien au variant Delta.

Par ailleurs, le variant Omicron a pu être étudié en détail et il s’avère être « plus une autre forme d’épidémie qu’une simple nouvelle vague ». En effet, cette mutation a des « propriétés différentes de celles de ses prédécesseurs, telles qu’une extrême contagiosité et des signes cliniques qui ne sont pas exactement les mêmes ».

>>> À lire aussi : Femmes enceintes et vaccin Covid : la nouvelle qui vient de tomber !

Omicron et grippe : quels dangers ?

De fait, Omicron touche particulièrement la « sphère ORL » avec des « pharyngites et laryngites, des maux de gorge qui évoquent les angines, le nez qui coule… ». Karine Lacombe note toutefois l’apparition de symptômes différents chez les vaccinés (grippe, mal de gorge, fièvre et courbatures) qui sont majoritairement des porteurs asymptomatiques. Enfin, l’experte pense que l’immunité collective sera de mise « par la force des choses » et ne sera pas la même pour tous. Celle causée par la vaccination sera « plus solide et dure plus longtemps ».

Par ailleurs, un nouveau danger devrait pointer le bout de son nez : « Pour l’heure, la grippe n’est pas encore trop présente, mais ça va forcément monter ». Néanmoins, elle ne sait pas comment va se manifester une possible co-infection : « Les deux virus vont-ils entraîner des symptômes ? On ne peut pas savoir ».

>>> À lire aussi : Pass vaccinal : Quelles mesures ont finalement été adoptées ?

Source : The Conversation

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.