Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Piqûres sauvages en soirée : que faire si on pense avoir été piqué ?

Publié par Lou Tabarin le 26 Juin 2022 à 10:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est le nouveau fléau des sorties nocturnes. De plus en plus de personnes affirment avoir été piquées lors de soirées en boîte de nuit ou pendant des concerts. Alors, que faire en cas de piqûre sauvage ? On vous dit tout sur la marche à suivre.

Piqure

Un phénomène inexplicable de plus en plus récurrent

Des agresseurs qui agissent discrètement, et une soirée ruinée en un instant. Voilà ce qui résume le témoignage de plusieurs victimes de piqûres sauvages sur les réseaux sociaux. Parmi elles, des femmes, mais aussi des hommes. Un document interne de la police nationale, que Le Figaro a pu se procurer, dénombre 1098 victimes depuis mars 2022.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Toujours d’après ce rapport, plus de 800 personnes ont déposé plainte. « Les symptômes les plus fréquents sont des bouffées de chaleur, vertiges, perte de sensibilité » , indique la DGPN, qui évoque aussi une marque bleutée au niveau de la zone piquée.

Pour le moment, ce phénomène de plus en plus récurrent reste un véritable mystère. Les résultats des analyses n’indiquent pas la présence de GHB, et les victimes ne relatent pas d’abus sexuels ni de vols.

On dit toujours qu’il faut se méfier de la « drogue du violeur » et ne jamais lâcher son verre de la soirée. Mais comment faire face aux piqûres sauvages ? Que ce soit en boîte de nuit, dans un bar, lors d’un festival ou même pendant un tournage de TF1, personne n’est à l’abri. Mis à part toujours rester accompagné, voici quelques conseils qui vous seront utiles si cela vous arrive.

Victimes et professionnels indiquent la marche à suivre en cas de piqûre

Sur les réseaux sociaux, les témoignages de victimes se multiplient. Afin de faire la prévention, elles n’hésitent pas à publier des photos de la zone piquée.

D’autres indiquent en détail ce qui s’est passé. Le samedi 18 juin, une jeune fille s’est faite piquée au Wanderlust, une boîte de nuit située dans le XIIIe arrondissement de Paris. Sur son compte Twitter, elle raconte son parcours post-piqûre et indique la marche à suivre.

Alertés, les professionnels de santé prennent la parole dans les médias pour rappeler les consignes. Interrogée par le Journal des Femmes, le Dr Leila Chaouachi explique qu’il ne faut pas traîner : « il faut réagir tout de suite pour éviter la disparition des preuves et aussi pour se protéger du risque infectieux » . Pour ce faire, il faut se rendre aux urgences dans les 48 heures qui suivent la piqûre.

Elle indique également qu’il faut porter plainte au commissariat. Bien que cette démarche soit facultative et relève du bon vouloir de la victime, elle « permet que l’ensemble des examens et analyses toxicologiques soit pris en charge par les frais de justice » . De plus, les prélèvements réalisés par l’Unité Médico-judiciaire serviront pour l’enquête.

Pour l’heure, des suspects ont déjà été interpellés.

0