Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Ces sœurs siamoises vivent (presque) comme toutes les ados depuis qu’elles sont séparées

Publié par Nicolas F le 28 Avr 2019 à 12:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Publicité

 

Kendra et Maliyah Herrin vivent aujourd’hui comme toutes les adolescentes ou presque… Il leur manque chacune une jambe, mais ce n’est rien comparé à leur état physique à leur naissance. Kendra et Maliyah sont des siamoises, nées accrochées l’une à l’autre à la hanche. Elles ont été séparées l’une de l’autre à l’âge de 4 ans. Aujourd’hui âgées de 17 ans, elles ont accepté de parler pour la première fois dans un documentaire, dont vous pouvez voir des extraits dans la vidéo.

> À lire aussi : Des sœurs siamoises meurent à l’âge de 21 ans : le président leur rend hommage

Publicité

Les sœurs siamoises sont nées attachées à la taille

Les médecins ne donnaient pas cher de la survie des deux siamoises une fois séparées. Ils craignaient que l’une des deux, voire les deux, allaient souffrir d’insuffisance d’organes pouvant entrainer la mort. Mais leurs parents ont pris la courageuse décision de les séparer, malgré les risques mortels. Attachées à la hanche et à l’abdomen, elles se partageaient aussi de nombreux organes comme un rein, le foie et une partie du gros intestin. « Quand les gens entendent notre histoire, ils posent beaucoup de questions mais nous on a l’impression d’être comme n’importe qui d’autre. On est juste un peu différentes », explique Kendra.

> À lire aussi : Ces sœurs siamoises fusionnées par le sommet du crâne espèrent trouver l’argent pour se faire opérer

Publicité

Elles n’avaient qu’un rein pour deux

Les deux sœurs ont été opérées à Salt Lake City, dans l’Utah, là où elles vivent. Elles n’avaient que quatre ans lorsqu’elles ont été séparées. L’opération a duré 26 heures et le plus délicat fut de n’offrir qu’un seul rein aux deux petites. L’une des deux a gardé leur rein, l’autre a dû avoir une greffe. C’est sa mère qui lui a offert un de ses reins. « Nous sommes heureuses que nos parents aient décidé de nous séparer », expliquent-elles aujourd’hui. Kendra se souvient : « Je voulais tout le temps avoir le contrôle alors j’étais prête à lui marcher dessus et la faire tomber sur la tête ». Quand elles étaient attachées, chacune contrôlait une jambe, ce qui rendait leur mobilité très compliquée.

> À lire aussi : Ces siamoises au caractère opposé veulent se séparer mais l’une des deux risque de mourir

Publicité

Malgré les soucis de santé, elles vivent presque normalement

Durant toute leur enfance, elles ont dû avoir des accessoires adaptés à leur handicap, car il leur manque une jambe mais elles souffrent aussi d’une scoliose à cause de la forme qu’a pris leur dos lorsqu’elles étaient attachées. Même si elles sont séparées, elles restent très proches et font tout à deux. Elles vivent chez leurs parents, entourées de leur grande sœur et de leurs petits frères jumeaux. Pendant des années, elles ont été scolarisées à la maison à cause de leur santé fragile. Maliyah a connu plus de complications à cause de sa greffe de rein. Le premier rein qu’elle a reçu de sa mère n’a duré que 10 ans. À 15 ans, elle a commencé à faire un rejet. Après plus d’un, ils ont trouvé un donneur compatible et elle a été opérée. Aujourd’hui leur santé est bonne et elles vont à l’école. « Le lycée se passe bien jusqu’ici. On n’a jamais été harcelées. On a de la chance ». Durant leur temps libre, elles enregistrent des vidéos et des vlogs qu’elles postent sur leur chaine YouTube.

> À lire aussi : Ce jeune homme sort avec des sœurs siamoises… à moins que…

Publicité

Crédits : Barcroft Media

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN